/news/green
Navigation

Ils achètent du vin pour lutter contre un oléoduc

Ils achètent du vin pour lutter contre un oléoduc
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Des militants écologistes ont décidé de s'opposer au projet d'oléoduc Trans Mountain, mercredi, en appuyant les viticulteurs britanno-colombiens, une bouteille à la fois.

Mardi, la première ministre de l'Alberta, Rachel Notley, a imposé un moratoire sur les vins en provenance de la Colombie-Britannique, afin de protester contre la décision de cette province de réviser le projet d'oléoduc de Kinder Morgan. Mme Notley a fait valoir qu'en 2017, les Albertains avaient acheté pour environ 70 millions $ en vin de leurs voisins.

Cette décision a été vue, par certains, comme une attaque injustifiée contre des viticulteurs n'ayant rien à se reprocher.

Des militants écologistes se sont donc donné rendez-vous dont différentes villes, dont Montréal, pour faire le plein de vin. «La première ministre Rachel Notley pénalise les petits producteurs de la Colombie-Britannique au profit d’un géant de l’industrie pétrolière», a dénoncé Aurore Fauret, Coordinatrice de campagne au Canada pour 350.org, dans un communiqué.

«La lutte contre les changements climatiques nous concernent tous. C’est donc par solidarité avec nos compatriotes dans l’Ouest que nous nous sommes mobilisés aujourd’hui et pour riposter à ce boycott insensé qui ne nous avance à rien», a renchéri Anne-Céline Guyon du Front commun pour la Transition énergétique.

Inquiétudes en Alberta

Certains commerçants albertains se sont aussi inquiétés du boycott décrété contre le vin. En entrevue avec le «Calgary Herald», Peggy Perry, vice-présidente aux achats et au marketing de Willow Park Wine and Spirits, le plus important détaillant privé de vin au pays, a déclaré être «horrifié». «Je pense qu'environ 50 % des vignobles dans la vallée de l'Okanagan sont la propriété d'Albertains», a d'ailleurs souligné Mme Perry.

Autant Willow Park Wines que la Commission de contrôle de l'alcool et des jeux de l'Alberta ont laissé entendre au quotidien qu'ils disposent de réserves vinicoles britanno-colombiennes pour pouvoir fournir les restaurants pendant environ un mois.