/news/politics
Navigation

Le PQ soupçonne Lafrenière de détenir des informations compromettantes sur le PLQ

Le PQ soupçonne le commissaire de l’UPAC d’être maintenu en poste pour éviter le coulage d’informations compromettantes pour le Parti libéral.
Photo d'archives, Pierre-Paul Poulin Le PQ soupçonne le commissaire de l’UPAC d’être maintenu en poste pour éviter le coulage d’informations compromettantes pour le Parti libéral.

Coup d'oeil sur cet article

Le Parti québécois soupçonne Robert Lafrenière d’être maintenu en poste pour éviter le coulage d’informations compromettantes pour le PLQ, un «dérapage verbal», selon le gouvernement Couillard.

«Pourquoi cherche-t-on absolument à maintenir en poste Robert Lafrenière? Est-ce parce que Robert Lafrenière détient des informations sur le Parti libéral et qu’on craint de voir ces informations sortir? La question se pose», a lancé le critique péquiste en matière de Sécurité, Stéphane Bergeron, lors d’une mêlée de presse mercredi.

M. Bergeron a ajouté qu’il ne «comprend pas» l’empressement du gouvernement Couillard de donner davantage de pouvoir à l’Unité permanente anticorruption (UPAC) avec le projet de loi 107 «dans ce climat de doute» entourant l’unité d’enquête. «Admettez que c’est curieux», a-t-il dit.

Le ministre de la Sécurité publique n’a pas tardé à réagir. «Ben voyons donc», a-t-il laissé tomber aux journalistes qui lui ont demandé s’il subissait la pression du commissaire de l’UPAC pour faire avancer la pièce législative.

Il a qualifié la sortie du député Bergeron de «dérapage verbal» et «d’accusations gratuites déplorables».

«Ce n’est pas une question de pression, mais une question de principe. Il faut avoir un processus de nomination crédible, indépendant, basés sur la compétence, c’est ce que la commission Charbonneau a recommandé et c’est exactement ce que propose le projet de loi», a-t-il lancé.

Bisbille à l'UPAC

Stéphane Bergeron a fait ces déclarations au lendemain de la publication d’un résumé d’enquête d’une spécialiste des ressources humaines de la Sûreté du Québec (SQ). Elle a constaté que le climat de travail de l’UPAC était marqué par des sentiments de favoritisme et de jalousie.

La SQ affirme que des raisons de confidentialité empêchent la diffusion du rapport complet. L’ancien ministre de la Sécurité publique Bergeron fait plutôt valoir qu’une source lui a confié que des informations du rapport ont été évacuées du document rendu disponible aux parlementaires.

«Je ne peux pas vous dire [la nature de l’information  qui est cachée], tout ce que je dis, c’est que nous avons des raisons de penser que ce rapport contient des informations qui n’étaient pas dans le rapport déposé hier», a dit M. Bergeron. Il a eu des mots très durs pour Robert Lafrenière, qui «a manifesté davantage d’empressement à se protéger lui qu’à lutter contre la corruption».

La Coalition avenir Québec et Québec solidaire ont aussi demandé à obtenir le rapport complet de l’UPAC et craignent que la mauvaise gestion vient nuire aux enquêtes criminelles en cours.