/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Les voleurs de jobs

Coup d'oeil sur cet article

Dans son dernier film Le 15:17 pour Paris, Clint Eastwood raconte l’histoire des trois jeunes Américains, des amis d’enfance, qui, en 2015, ont risqué leur vie pour maîtriser un terroriste armé jusqu’aux dents à bord du train Amsterdam-Paris. Ils ont aidé à éviter un carnage.

Mais pour jouer le rôle de ces trois héros, Clint Eastwood a engagé... les trois jeunes Américains eux-mêmes. OMG ! Si on était au Québec, des comédiens de l’Union des artistes crieraient : « Les héros nous volent nos jobs ! »...

LE RAMBO DES COMÉDIENS

J’ai trois mots pour les comédiens qui, dans Le Journal de lundi, se plaignaient que les policiers leur volent des jobs : Bou. Hou. Hou.

Les réalisateurs/producteurs/diffuseurs peuvent toujours bien engager qui ils veulent pour les rôles qu’ils veulent.

On n’est pas sur la Côte-Nord, et vous n’êtes pas Rambo Gauthier qui se plaint de discrimination syndicale, misère !

Quand ta « job », c’est d’être figurant ou acteur, tu n’as pas le droit de hurler à l’injustice quand des citoyens qui ont dûment payé leur cotisation annuelle à l’UDA arrondissent leur fin de mois en tenant un fusil devant les caméras. Il n’y a pas de « formation » obligatoire, pas de permis d’exercer, pas d’ordre professionnel chez les comédiens.

La seule question qu’on doit se poser au sujet de ces flics acteurs, c’est : « Sont-ils bons, sont-ils crédibles dans leur rôle de policiers, oui ou non ? »

Quand on lui a demandé pourquoi il avait engagé les trois jeunes Américains, Clint Eastwood a expliqué : « J’ai pensé à de nombreux excellents acteurs, mais je regardais ces gars, leurs visages, et un jour je leur ai demandé : “Si vous jouiez vos propres rôles ?” Plus ils y pensaient, plus ils en avaient envie. Ils avaient un talent naturel. »

BINGO : UN TALENT NATUREL !

Combien d’acteurs qu’on voit à la télé ou au cinéma sont arrivés à ce métier par hasard ? Fabrice Luchini était coiffeur, Harrison Ford était menuisier, Marina Orsini était mannequin. Mais ils avaient un talent naturel, la caméra les aimait, les réalisateurs aussi et le public aussi. Ils n’ont pas volé la job de qui que ce soit.

Vous vous rappelez, en 2004, quand Christian Bégin déplorait que Denys Arcand ait engagé l’humoriste Stéphane Rousseau comme comédien pour Les Invasions barbares et que Luc Dionne ait engagé Stéphanie Lapointe, gagnante de Star Académie, pour jouer la mère d’Aurore dans le film sur l’enfant martyr ?

Aujourd’hui, le même Christian Bégin anime des émissions de cuisine et de débats à la télé. A-t-il volé la job d’un « vrai » chef ou d’un « vrai » animateur ?

TASSE-TOI MONONC’

À ce compte-là, le monde culturel est rempli de gens qui « volent des jobs » à quelqu’un. Un acteur qui devient politicien, puis qui devient commentateur radio (Curzi). Un comédien qui devient réalisateur (Luc Picard). Un humoriste qui devient comédien et réalisateur (Louis Morissette, Patrick Huard).

Ou une vedette de téléréalité qui devient animatrice télé, puis qui devient actrice.

Quoi, vous ne saviez pas que dans le prochain Denys Arcand, Maripier Morin joue le rôle d’une escorte de luxe ?

Me demande si les actrices (ou les escortes) vont l’accuser de leur « voler des jobs ».