/entertainment/movies
Navigation

«The Death and Life of John F. Donovan»: l’étonnante décision de Xavier Dolan

Jessica Chastain sur la plateau du film <i>The Death and Live of John F. Donovan</i>.
Photo courtoisie, Shayne Laverdière Jessica Chastain sur la plateau du film The Death and Live of John F. Donovan.

Coup d'oeil sur cet article

Xavier Dolan a causé une petite commotion dans le milieu du cinéma il y a quelques jours en annonçant sur son compte Instagram qu’il avait coupé au montage de son film The Death and Life of John F. Donovan toutes les scènes mettant en vedette l’actrice américaine Jessica Chastain.

Comme on pouvait s’y attendre, cette nouvelle surprenante, qui a rapidement fait le tour du monde, n’a pas fait l’unanimité sur les réseaux sociaux. D’un côté, plusieurs détracteurs se sont offusqués de voir le jeune cinéaste québécois supprimer de son film une des actrices les plus respectées à Hollywood­­­ à l’heure actuelle. À l’opposé­­­, certains ont souligné l’audace et le courage du réalisateur de Mommy d’avoir osé faire un choix aussi radical pour le bien de son film.

Pour avoir visité le plateau de tournage de The Death and Life of John F. Donovan à l’été 2016, je peux dire que je crois Dolan sur parole quand celui-ci écrit sur Instagram que ce choix avait été « extrêmement difficile » à faire. Il suffisait de le voir travailler avec Chastain pour constater à quel point le cinéaste québécois et l’actrice américaine avaient développé une admiration mutuelle et un lien d’amitié très fort.

Au moment du tournage, le personnage de « méchante » rédactrice en chef d’un magazine à potins joué par Chastain­­­ semblait avoir une place importante dans l’intrigue du film. Sauf que Dolan a expliqué dimanche que la première version du long métrage s’étirait sur plus de quatre heures et qu’il devait faire des sacrifices pour en réduire la durée. En recentrant son scénario sur le personnage principal – un acteur hollywoodien incarné par Kit Harington –, le cinéaste est arrivé à la conclusion que le rôle campé par Chastain­­­ « s’insérait laborieusement dans le reste de l’histoire ».

Xavier Dolan a apparemment eu l’appui­­­ entier de ses productrices dans sa décision de remanier complètement son film en retournant sur la table de montage. C’est une preuve que Dolan est maître de son œuvre. Mais j’ose à peine imaginer la réaction de ses producteurs en calculant tout l’argent perdu dans le salaire de Chastain et le tournage de ses scènes qui seront finalement jetées à la poubelle. Doté d’un budget évalué à 35 M$, The Death and Life of John F. Donovan est le premier film anglophone de Dolan et son projet le plus ambitieux à ce jour. On ignore toujours quand il prendra l’affiche.

Pas un cas unique

Si la décision de couper au montage une actrice de renom comme Jessica Chastain peut surprendre, The Death and Life of John F. Donovan est loin d’être le premier film à subir d’importants changements à l’étape de la postproduction. On en a d’ailleurs eu un exemple spectaculaire récemment alors que, à la suite d’allégations d’inconduites sexuelles formulées à l’endroit de Kevin Spacey, le cinéaste Ridley Scott a choisi de retirer l’acteur de son film Tout l’argent du monde pour le remplacer par Christopher Plummer.

Sinon, de grands cinéastes comme Ang Lee, Terrence Malick et Stanley Kubrick ont déjà eux aussi dans le passé­­ coupé au montage de leurs films des acteurs connus. Parmi les cas les plus célèbres, rappelons celui d’Harrison Ford qui avait joué le rôle du professeur d’Elliot dans E.T. l’extraterrestre. Mais Steven Spielberg avait finalement décidé de retirer le personnage de son film à l’étape du montage, après l’avoir jugé peu important pour l’histoire. Spielberg et Ford ont tout de même continué à travailler ensemble par la suite, notamment pour les films Indiana Jones.

Bref, Jessica Chastain se remettra certainement très bien de cette histoire. Et si l’on en juge par le message d’amour et de compréhension qu’elle a adressé à Dolan lundi sur Instagram, son amitié avec le cinéaste québécois n’en sera pas affectée non plus.

Mes choix de la semaine

Au cinéma : Le 15:17 pour Paris

Jessica Chastain sur la plateau du film <i>The Death and Live of John F. Donovan</i>.
Photo courtoisie

À 87 ans, Clint Eastwood est toujours aussi prolifique. Moins de deux ans après la sortie de Sully, le légendaire acteur et cinéaste américain propose un nouveau drame inspiré d’un fait vécu : l’histoire de trois jeunes amis américains qui, lors d’un voyage en Europe en août 2015, ont joué les héros en tentant de maîtriser un terroriste à bord d’un train reliant Amsterdam à Paris. Fait intéressant : par souci de véracité, Eastwood a fait appel aux trois jeunes hommes pour jouer à l’écran leurs personnages.


Sur DVD ou VSD : Pieds nus dans l’aube

Jessica Chastain sur la plateau du film <i>The Death and Live of John F. Donovan</i>.
Photo courtoisie

En adaptant au grand écran le roman autobiographique de son célèbre père Félix, le cinéaste Francis Leclerc (Un été sans point ni coup sûr, Mémoires affectives) a signé un film charmant et élégant sur l’enfance, qui nous plonge dans le Québec rural de la fin des années 1920. Offert en DVD et vidéo sur demande.


À la télé : Munich

Le cinéaste Steven Spielberg est au sommet de son art avec ce thriller complexe et haletant sorti en 2005, qui revient sur les attentats terroristes survenus pendant les Jeux olympiques d’été à Munich en 1972. À noter que l’actrice québécoise Marie-Josée Croze joue un petit rôle, sous les traits d’une espionne. À voir samedi à 22 h sur les ondes de Télé-Québec.