/news/currentevents
Navigation

L’hôpital de Gatineau transfère une dame malade à 90 minutes de route par erreur

Tracey Lee Letang, fille de la dame, et Stéphane Carpentier
Capture d’écran TVA Gatineau-Ottawa Tracey Lee Letang, fille de la dame, et Stéphane Carpentier

Coup d'oeil sur cet article

L’hôpital de Gatineau a transféré mercredi une dame de 75 ans atteinte d’Alzheimer dans un centre de Maniwaki, à environ 90 minutes de route alors que la famille était en désaccord.

Le Centre de santé de l’Outaouais a fait marche arrière jeudi et a promis de rapatrier la dame à Gatineau lundi prochain après avoir été informée par TVA Nouvelle Gatineau.

Le personnel de l’hôpital avait annoncé mardi soir à Tracey Lee Letang que sa mère devait être transférée temporairement au CHSLD Foyer Père Guinard de Maniwaki.

Le Centre intégré de santé de l’Outaouais a dû relocaliser certains patients en raison du fort achalandage causé par la grippe dans ses hôpitaux.

Tracey Lee Letang, fille de la dame, et Stéphane Carpentier
Courtoisie de la famille

Malgré le désaccord de sa fille, la dame atteinte d’Alzheimer a été transportée à Maniwaki mercredi.

« Ça n'a pas de bon sens, elle n'a pas de famille à Maniwaki. Il va falloir tout réadapter », déplore Tracey Lee Letang.

Deux options

Selon elle et son conjoint Stéphane Carpentier, le personnel de l’hôpital aurait offert deux options à la famille.

Ou bien elle retournait à la maison, ou bien elle était relogée à Maniwaki.

« On n'avait aucun choix. Le seul choix que j'avais, c'était de la ramener à la maison. Mon père a 81 ans n’est plus capable d’en prendre soin », explique la femme.

Une erreur

Peu de temps après que TVA Nouvelles ait contacté le Centre intégré de santé hier, Mme Letang a reçu un appel pour lui annoncer que sa mère allait revenir à Gatineau.

Le PDG du Centre intégré de santé de l’Outaouais, Jean Hébert, affirme que le personnel a dû agir rapidement en raison de la situation exceptionnelle.

La directive était pourtant que le transfert temporaire de patients soit fait avec l'accord de la famille.

« Il se peut qu’il y ait eu certaines lacunes dans nos communications internes auprès de nos intervenants par rapport à l’approche qu’on voulait faire. On a apporté des corrections », explique-t-il.

Selon le CISSSO, il s’agit d’un cas isolé.

« Je suis bien contente! », a conclu Tracey Lee Letang.

- Avec la collaboration d’Allison Ouellet, TVA Gatineau-Ottawa