/news/society
Navigation

Disparition de David Fortin: l’espoir subsiste après 9 ans

Caroline Lachance
Photo Pierre-Alexandre Maltais, La mère de David Fortin, Caroline Lachance, ne perd pas espoir de retrouver un jour son fils qui aurait aujourd’hui 23 ans.

Coup d'oeil sur cet article

Il y aura neuf ans demain que le jeune David Fortin a été vu pour la dernière fois à Alma, avant qu'il ne disparaisse sans explication alors qu’il attendait l’autobus scolaire dans lequel il n’est jamais monté. Le Journal est allé à la rencontre de sa mère, Caroline Lachance, qui refuse de perdre espoir malgré le temps qui passe.

Comment vous sentez-vous à la veille de ce neuvième anniversaire de la disparition de votre fils?

«C’est toujours un stress, toujours des émotions. Ça nous rappelle bien des souvenirs et il faut prendre ça une journée à la fois. On dirait que [le reste de l'année] c’est différent, mais quand viennent les jours proches de l’anniversaire, c’est sûr que ça vient nous chercher davantage.»

Est-ce que l’espoir de le retrouver vous anime autant après tout ce temps?

«Toujours, parce que c’est ça qui nous tient. Si je perdais cet espoir-là, je crois que j’en mourrais. Je ne serais pas capable de continuer. Ce qui fait qu’on garde espoir, c’est que des gens autour de nous nous aident, nous encouragent et nous soutiennent. On a encore une fille qui est toujours là et qui a besoin de nous autres. Si David revenait demain matin, il voudrait bien qu’on soit encore là aussi.»

La publication du portrait de David, en 2016, a-t-elle permis de faire avancer les choses?

«Il y a toujours de l’information qui ressort lorsqu’on sort dans les médias. Ces informations doivent être validées [et on découvre] toujours qu’il s’agit de fausses informations. On ne se décourage pas pour autant. Un moment donné, ça sera la bonne.»

Les enquêteurs communiquent-ils encore avec vous à propos des signalements de personnes qui croient avoir vu David?

«Oui, peut-être une fois par mois. Quand j’ai besoin, j’appelle et je peux [leur] parler immédiatement. C’est toujours des signalements qui viennent du Québec, de Montréal. Ce sont des gens qui pensent l’avoir vu ou quelqu’un porte le même nom.»

Croyez-vous toujours que l’intimidation est à l’origine de la disparition de David?

«C’est certain. David était victime d’intimidation depuis très longtemps. C’est sûr qu’on ne sait pas si c’est ce qui est à l’origine, c’est ce qu’on pense. Il avait eu des menaces la veille de son départ.»

Que lui diriez-vous s’il pouvait vous entendre aujourd’hui?

«Que je l’aime, que je l’attends tout le temps, que c’est mon garçon et qu'il va toujours l’être. Ce n’est pas ce qui s’est passé, que je veux savoir, c’est plus de le prendre, de le coller et de lui donner tout l’amour dont il a besoin. Je ne veux pas vraiment savoir pourquoi il est parti et ce qui s’est passé durant ces neuf années-là. S’il veut m’en parler, c’est à lui de décider, mais on ne sait pas, peut-être qu’il est retenu. Ne pas savoir, c’est toujours ce qui est le plus dur.»

La lettre de Caroline Lachance à son fils David

Toujours dans l’attente...

Neuf longues années.

Année de courage et de force.

Année difficile et pénible à attendre.

Année à toujours garder espoir.

Cet espoir bien présent et important à conserver.

J’ai parfois l’impression que seulement une ou deux années se sont écoulées depuis cette journée où tu es disparu.

Mais je réalise assez rapidement que plusieurs années sont déjà passées sans toi à nos côtés.

Plusieurs bons moments sans que tu sois avec nous pour rire, fêter, voyager.

Je t’avoue que c’est l’amour inconditionnel que j’ai pour toi qui me donne la force et le courage de passer à travers cette épreuve.

Épreuve que je trouve toujours aussi difficile.

Mais je suis ta maman pour toujours et je vais t’attendre avec les bras grands ouverts, avec tout l’amour dont tu as besoin.

Continuer d'avancer étape par étape.

J’espère que l’espoir que je garde m’amènera un jour à toi vivant, mais je sais que peut-être tu n’es plus là.

Je ne suis pas naïve.

Mais je reste confiante que tout est possible.

En espérant toujours que tu sois bien là où tu es.

Quoi qu’il arrive ou qu’il soit arrivé.

Mon beau David d’amour.

Mon seul garçon, tant désiré.

Je t’aime... et je vais toujours t’aimer.

Je t’attends avec ton père, ta sœur, ta famille.

À la maison, ta maison mon amour.

Maman pour la vie xxxx

Caroline XX