/sports/hockey/canadien
Navigation

«Je n’ai pas vu Brendan sourire» –P.K. Subban

«Je n’ai pas vu Brendan sourire» –P.K. Subban
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

P.K. Subban avait beau avoir encerclé la date de ce match sur son calendrier, il n’était pas question que les joueurs du Canadien le laissent célébrer ce retour les bras croisés.

Toute la soirée, les hommes de Claude Julien se sont assurés d’être constamment dans le chemin du défenseur des Predators, n’hésitant à se montrer un peu plus intenses à son endroit. Une marche à suivre que Nicolas Deslauriers s’est assuré de mettre en pratique dès la première présence de Subban sur la patinoire.

« Quand tu es quelqu’un qui joue beaucoup de minutes et que tu es l’un des meilleurs joueurs sur la patinoire... Je suis habitué d’avoir une cible dans le dos. Ça ne me préoccupe pas. Je souris parce que le résultat, c’est que nous avons récolté deux points », a lancé Subban, attendu par Carey Price et Alex Galchenyuk à sa sortie du vestiaire.

De bruyant à silencieux

Parlant de sourire, Brendan Gallagher s’est assuré de lui montrer le sien à plusieurs reprises. Les altercations entre les deux anciens coéquipiers ont été fréquentes.

« Honnêtement, je n’ai pas vu Brendan sourire. Tout ce que j’ai vu, c’est du sang dégoutter de son visage après qu’il est tombé en essayant de me frapper. Je n’ai rien vu d’autre », a lancé Subban, un brin sarcastique.

Quelques instants plus tard, Gallagher obtenait vengeance en ouvrant le pointage, malgré une arcade sourcilière droite recousue par des points de suture. En passant près du banc des visiteurs, il n’a pas hésité à narguer ses adversaires.

« Je n’ai pas entendu ce qu’il a dit. C’est tellement bruyant dans cet amphithéâtre. Toutefois, ça doit être rendu pas mal silencieux de leur côté puisque nous sommes repartis avec la victoire », a lancé Subban, sourire en coin.

Autocritique sévère

Sur la glace pour un total de 26 min 51 s, Subban a été le joueur le plus occupé au sein des deux formations, à égalité avec Roman Josi. Néanmoins, le meilleur pointeur des

Predators a estimé qu’il n’avait pas disputé son meilleur match.

« Je n’ai pas été très bon. Ce fut bien sur quelques aspects de la rencontre, mais en général, ce ne fut pas mon meilleur match », a-t-il soutenu.

« Je m’attendais à ce que ce soit une rencontre difficile. C’est toujours le cas lorsque je viens ici. Il y a tellement de choses qui se passent, a-t-il ajouté. C’est très émotif. Tu vois de la famille et des partisans. Tu veux bien jouer pour eux. »

Et il risque de falloir bien des années avant qu’un passage de Subban à Montréal ne soit qu’une visite parmi tant d’autres.