/sports/opinion/columnists
Navigation

Les poétesses fâchées contre les poètes

Une superbe bibliothèque a été aménagée près de la cafétéria de presse.
Photo Rejean Tremblay Une superbe bibliothèque a été aménagée près de la cafétéria de presse.

Coup d'oeil sur cet article

PYEONGCHANG | Il faut que je vous confesse un péché mignon. Je suis tombé sur un vrai trésor. Près de la grande cafétéria de presse, on trouve une très belle bibliothèque.

Vous prenez un livre, vous signez votre nom et vous partez. Il n’y a pas d’employé, pas de préposé. Libre-service.

J’ai commencé par un superbe livre de nouvelles coréennes et j’ai suivi par un roman d’amour fichument bien écrit. L’Ammooouuurr, ça donne de bonnes histoires dans toutes les langues. On offre des livres des auteurs coréens dans des traductions en anglais, français, italien, espagnol, roumain, russe, bulgare, polonais, chinois et j’en oublie. Si j’en juge par le français, c’est bien traduit.

La littérature marche fort en Corée. Les poètes et les poétesses sont des célébrités. Comme Lucien Francœur, je suppose. Et voilà qu’une poétesse accuse un vieux poète d’avoir eu un geste inapproprié il y a 30 ans. On ne le nomme pas, mais on donne toute la liste de ses prix littéraires. Le poète ne se rappelle pas de ce moment, mais au cas où, il tente de s’excuser, mais rien à faire, il est condamné à la mort... littéraire et sociale.

Le monde est tout petit. Marshall McLuhan l’avait prédit. Le média est le message. Ce n’est plus le contenu qui importe, c’est le véhicule médiatique.

Les réseaux sociaux...

Les potins de Kim Jung Un... et demi

Mélanie Joly « frappe » en Corée

Une superbe bibliothèque a été aménagée près de la cafétéria de presse.
Photo Rejean Tremblay

C’est fou ce que les politiciens peuvent se rassembler. Je me demandais comment il se faisait que je ne pouvais trouver que de la Bud, de la Corona, de la Tsangtao chinoise dans les frigos des centres de presse. Pas de bière locale. Surtout que la bière coréenne est réputée pour être douce et délicieuse. Très « lager ».

Quand il s’agit de la bière, on fait ses recherches. J’ai fini par apprendre que les bières importées sont en croissance exponentielle sur le marché coréen parce que le gouvernement refuse de taxer la partie « marketing » du prix global d’une bouteille des importées. Les bières importées sont donc moins chères dans les dépanneurs puisqu’elles sont moins taxées. C’est le même principe que défend Mélanie Joly en refusant de taxer Netflix et les autres fournisseurs internationaux. Mme Joly a donc de l’influence jusqu’en Corée. Surtout que son coréen est probablement plus compréhensible que son français.

Go Mélanie Go...


Lire un bon Journal papier

Il s’appelle le Korea Herald et il est édité avec la collaboration du Japan Times, du Washington Post et de plusieurs grands journaux chinois. Très bien fait.

Le papier est rose, mais le contenu n’est certainement pas jaune. C’est le journal que lit presque en cachette mon confrère Philippe Cantin. Pour ne pas montrer qu’il s’ennuie du papier.

Je peux juste vous dire que, bien installé à la grande table de la cafétéria, son journal étalé devant son bœuf au chou coréen et sa petite bière passée sur le per diem, qu’un journal papier c’est bon jusqu’à la dernière... goutte.