/news/health
Navigation

L’opposition réclame plus d’aide pour les proches aidants

CHRONIQUE - Rodger Brulotte
Photo courtoisie Diane Lamarre
Députée du PQ

Coup d'oeil sur cet article

Indignée par le cas d’un proche aidant à bout de souffle, la porte-parole de l’opposition officielle en matière de santé réclame plus d’argent pour les soins à domicile.

« Il faut accompagner ces gens-là correctement, sachant que c’est une contribution pour notre société, explique Diane Lamarre [...] Les sommes qu’on débourse pour amener des professionnels compétents à leur domicile, c’est une économie pour tout le monde. »

Le Journal rapportait hier le cri du cœur d’André Bouchard, un proche aidant épuisé et à court d’argent, qui s’occupe seul de sa femme gravement malade.

Le Parti québécois s’est engagé à investir plusieurs centaines de millions de dollars, s’il était élu, pour financer les services de soins à domicile, a-t-elle rappelé.

Plusieurs mesures, dont des logements sociaux et communautaires, pourraient être mises en place, selon Mme Lamarre, pour assurer un suivi plus serré de certaines personnes en perte d’autonomie.

Services méconnus

Selon Lucie Gagnon, directrice générale d’un organisme qui vient en aide aux proches aidants, le problème réside aussi dans le fait que les proches aidants connaissent peu l’aide mise à leur disposition par l’État.