/weekend
Navigation

Des nouvelles érotiques pour la Saint-Valentin

GEN  - MARIE GREY
Photo Martin Alarie Marie Gray

Coup d'oeil sur cet article

Véritable star des salons du livre, la romancière Marie Gray a marqué l’imaginaire de milliers de lecteurs à travers le monde avec ses fameuses Histoires à faire rougir. Publiées il y a plus de 20 ans, elles ont été traduites en 14 langues. À temps pour la Saint-Valentin, ses nouvelles érotiques sont maintenant réunies dans une collection ultime.

Marie Gray, qui a depuis écrit de nombreux romans pour les jeunes, s’étonne encore du succès remarquable de cette série qui l’a propulsée au top des palmarès de ventes.

Depuis la sortie de la première édition, un million de copies des différents titres de la série ont trouvé preneur dans le monde, dont 500 000 au Québec. « Le premier tirage avait été de 1000 exemplaires et la maison d’édition espérait tous les vendre... il a fallu réimprimer vite et souvent ! C’était fou ! », partage-t-elle en entrevue.

Marie Gray avait remis les textes au goût du jour lors des nouvelles éditions, en 2011. « Comme écrivaine, j’ai évolué depuis le temps. Ça aurait été tentant de tout réécrire, mais je ne voulais pas. Ces histoires avaient plu aux lecteurs à cause de leur spontanéité. Je me suis contentée de faire des mises à jour parce que dans le temps où les histoires ont été écrites, on louait encore des films au club vidéo... alors que ça se fait un petit peu moins aujourd’hui ! »

Le nouveau recueil contient les cinq tomes de la série à succès, qui sont toujours recherchés chez les libraires. « Je me suis amusée à mettre les textes à jour pour qu’ils vieillissent bien, parce que c’est maintenant une nouvelle génération qui les lit. »

Situations cocasses

Le succès de ces nouvelles a fait vivre toutes sortes de situations cocasses à l’auteure... « Ce n’était pas très courant, à l’époque. Pour beaucoup de monde, entre l’érotisme et la pornographie, la ligne est bien mince et c’était difficile de faire la part des choses », se souvient-elle.

« Les premières entrevues, les animateurs s’attendaient à me voir arriver avec le fouet sur l’épaule et le petit kit en cuir... alors que j’étais en couple, bien straight, bien monogame. » Elle a écrit le deuxième livre après avoir donné naissance à son premier enfant, ce qui a remis les choses en perspective.

Dans les salons du livre, elle a aussi eu droit à des confidences qui contenaient beaucoup trop d’information... « Des gens venaient me raconter ce qu’ils faisaient dans la chambre à coucher ou me dire qu’ils avaient essayé tel ou tel passage de mon livre qui avait donné tel ou tel résultat. D’autres me demandaient des conseils... je leur disais que je ne suis pas sexologue et que je ne veux pas vraiment connaître les détails intimes ! »

De la fiction pure

Pour le premier et deuxième livre, elle a eu beaucoup de mal à faire comprendre aux gens que ce n’était pas sa vie intime qu’elle étalait dans ses livres... et que les Histoires à faire rougir tenaient de la fiction pure. Par la suite, ça s’est replacé. « Ces nouvelles, c’est juste du gros fun. Je me base sur ce que j’entends. Oui, j’ai de l’imagination... mais je suis trop pudique de ma vie et trop jalouse de mon intimité pour partager ça avec la terre entière ! »

N’empêche que ses livres ont permis d’installer une nouvelle complicité dans les couples, du moins au chapitre des fantasmes. « Beaucoup de sexologues les ont suggérés à leurs clients qui étaient en panne de désir. »


► Marie Gray a signé plusieurs romans pour les jeunes et écrit la série à succès Baiser.

► Son dernier roman, Il était une voix, explore le monde des chanteuses rock.

► Elle travaille sur un prochain roman où l’érotisme sera bien présent.

 

Extrait

« – On dirait que la sagesse ne t’a pas encore visitée, ma pauvre Alex. À moins que tu ne fasses exprès de te ramasser dans des situations aussi exaspérantes...

C’était en effet l’une des histoires les plus idiotes dans lesquelles Alex s’était jamais retrouvée. Au fil des méandres de sa vie amoureuse, elle avait bien sûr vécu des épisodes plus ou moins heureux. Certains étaient fâcheux, tristes ou carrément exaltants. Mais celui-là remportait la palme !

David et Alex ont été de bons amis dès le début de leurs études. Il a été l’un des premiers à qui elle a annoncé ses fiançailles. Il a assisté à son mariage et l’a consolée lors de son divorce, ainsi que lors de la GRQ – comprendre Grande Remise en Question –, le jour même de ses quarante ans. »

– Marie Gray, Histoires à faire rougir, la collection ultime