/sports/jo
Navigation

L’argent pour Justine Dufour-Lapointe: «une victoire de famille»

La médaille olympique de la skieuse a rempli ses proches de fierté

Coup d'oeil sur cet article

L’émotion et la fierté ont rapidement gagné la famille et les amis des sœurs Dufour-Lapointe au centre des congrès de Lévis, dimanche, où ils étaient réunis pour encourager leurs protégées.

Après la tension des premières manches en finale, où le parcours de la cadette a pris fin, ce fut l’explosion de joie dans la salle quand Justine a officiellement décroché l’argent.

«On est très, très fiers! C’est sûr qu’on aurait aimé avoir deux médailles, mais au moins, on en a une. Elles s’en allaient pour la gloire et une médaille, ça fait chaud au cœur», s’est exclamée la grand-mère de Justine, Chloé et Maxime, Gabrielle Dufour.

«La dernière année n’a pas été la plus facile pour l’ensemble de la famille, alors de les voir continuer à persévérer et à focaliser sur leur objectif, c’est tout à leur honneur», a pour sa part souligné leur oncle, Patrick Dufour.

L’assemblée d’une quarantaine de personnes s’était réunie au petit matin, décalage horaire oblige. Comme une partie de la famille habite à Québec et à Charlevoix et que les trois Montréalaises y ont reçu l’appui de plusieurs entreprises, c’est à Lévis que le groupe avait choisi de s’établir.

Des «nerfs d’acier»

Les sœurs viennent à peine, il y a un mois, de rendre publique la maladie qui afflige leur mère depuis un an. Un cancer, pour lequel elle est désormais en rémission. «Ça les a affectées terriblement, les trois», a confié un autre oncle, Gilbert Savard.

Après une telle épreuve, la performance des bosseuses est d’autant plus honorable, a-t-il ajouté. « Elles sont courageuses, elles ont des nerfs d’acier ».

Elles n’ont peut-être pas reproduit leur exploit de 2014, où elles avaient ravi l’or et l’argent, mais la fierté était aussi grande dans leur entourage. Le trio peut avoir le sentiment du devoir accompli, a fait valoir Patrick Dufour, qui a orchestré l'activité à Lévis.

«Juste de se classer pour les Olympiques, c’est tout un accomplissement. [...] Ce sont de fières compétitrices, alors d’atteindre une deuxième fois les Olympiques, de faire un podium, on ne peut que dire chapeau», a-t-il exprimé.

«C’est une victoire de famille. Elles s’entraînent en famille, les trois ensemble, elles voyagent ensemble, elles font tout ensemble, alors aujourd’hui, c’est l’équipe qui a gagné», a-t-il conclu.

Détermination

L’oncle peut remercier son patron Gilles Beaudoin, qui l’a libéré de son travail depuis plusieurs jours. Fier partisan du trio Dufour-Lapointe, il se souvient encore de ce jour où la jeune Justine, alors âgée de seulement 12 ans, a eu l’audace de prendre la parole dans une réunion de gens d’affaires à laquelle il participait.

«Elle a pris le micro et elle a dit que ça prendrait de l’argent pour qu’elle puisse s’entraîner et qu’il fallait la soutenir parce qu’elle s’en allait chercher une médaille d’or aux Jeux olympiques. Elle l’a eue et elle l’a à nouveau avec l’argent», a-t-il relaté, le sourire en coin.

«C’est vraiment un exemple de détermination parce que quand tu entends ça de la bouche d’une petite fille de 12-13 ans, tu la prends au sérieux, oui et non, tu te dis que c’est un enfant... mais elle était sérieuse», a-t-il terminé.