/lifestyle/health
Navigation

Le point sur la diète cétogène

Le point sur la diète cétogène
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Maigrir en mangeant du bacon ? Ce n’est pas vraiment une bonne idée. Très populaire, la diète cétogène (un régime basé principalement sur la consommation de gras) est l’approche alimentaire à la mode auprès des adeptes de régimes amaigrissants. On lui attribue une perte de poids rapide. Mais une seule question importe : la diète cétogène rencontre-t-elle ses promesses ?

C’est quoi ?

Cette approche ne date pas d’hier. Dans les années 20, on prescrivait cette diète pour traiter l’épilepsie chez les enfants avec une certaine efficacité. La diète repose sur une répartition des macronutriments (glucides-lipides-protéines) distincte de nos recommandations habituelles. De 75 à 80 % des calories proviennent des lipides, 15 à 20 % des protéines et de 5-10 % des glucides.

Alors qu’on recommande normalement la moitié des calories sous forme de glucides (250 g de glucides ou 1000 calories pour un régime à 2000 calories), la diète cétogène n’apporte que 25 à 50 g de glucides par jour. L’organisme utilise normalement les glucides comme source d’énergie.

Dans le cas du régime cétogène, les glucides manquants, ce sont les gras qui deviennent le carburant principal. Les réserves de glucides dans le foie et les muscles sont rapidement épuisées (24-36 heures) avec cette diète. Le corps s’adapte en trouvant d’autres sources de carburant. La formation de corps cétoniques (acétylacétate, B-hydroxybutyrate et acétone) est induite par le foie par la dégradation des lipides et permettra de répondre aux besoins énergétiques du cerveau et des cellules musculaires. Un état de cétose est créé !

Le régime exclut les fruits (parfois on accepte les framboises et fraises) et les produits céréaliers ainsi que les légumes riches en glucides (carottes, betteraves, panais). On n’autorise pas non plus les légumineuses, lesquelles contiennent trop de glucides. Ce sont les huiles, le beurre, les fromages gras, la crème, les charcuteries (bacon, saucisses, etc.) et les viandes qui composent essentiellement le régime.

Les effets secondaires

Le point sur la diète cétogène
Photo Fotolia

 

La production d’acétone sera éliminée par les poumons causant une odeur caractéristique dans l’haleine (comme du dissolvant à ongles). Des nausées, des vomissements, des maux de tête, de la fatigue comptent aussi parmi les effets secondaires, surtout dans les premiers jours. Avec le faible apport en fibres du régime, la constipation (parfois sévère) est fréquente. L’excès de corps cétoniques peut aussi amener l’acidocétose, une condition métabolique sérieuse qui peut entraîner la déminéralisation des os, le développement de pierres aux reins, de la déshydratation et de la confusion mentale.

Les effets sur la perte de poids

Le point sur la diète cétogène
Photo Fotolia

 

Les corps cétoniques en circulation ont un effet significatif sur la satiété. La réduction de la sensation de faim est considérée comme un avantage par ses adeptes, qui perdent du poids sans souffrir de la faim.

À court terme (2 à 6 mois), les effets sur la perte de poids sont significatifs, comme plusieurs autres régimes restrictifs. Lorsque comparée à une approche plus standard (45-64 % glucides, 20-30 % lipides, 10-30 % protéines) de même apport calorique, la diète cétogène n’a pas réussi à démontrer plus d’efficacité sur la perte de poids.

Les résultats à long terme (12-24 mois), bien que peu nombreux, sont décevants (5 livres et moins en moyenne). L’adhésion à long terme au régime est faible si bien que la majorité des gens reprennent le poids perdu, comme pour la plupart des autres approches amaigrissantes.

Les effets sur la santé globale

Le point sur la diète cétogène
Photo Fotolia

 

Bien que la diète soit dépourvue de sucres, ce qui est un point positif, son apport important en gras saturés (viande, charcuterie, beurre, crème, etc.) peut faire grimper les LDL-cholestérol ce qui nuit à la santé cardiovasculaire. Dans certaines études une baisse des triglycérides et une légère hausse des HDL-cholestérol ont été observées. D’autres études sont nécessaires afin d’évaluer l’impact à long terme sur le profil lipidique et le risque cardiovasculaire.

La faiblesse en fibres du régime inquiète. Les fibres jouent un rôle primordial sur l’équilibre du microbiote intestinal et les études populationnelles ont pu démontrer que les fibres étaient associées à la prévention des maladies chroniques.

L’apport en viandes et en charcuteries important dans le régime cétogène va aussi à l’encontre des recommandations de l’OMS, qui nous incitent à en réduire la consommation au profit des protéines végétales. La viande et les charcuteries sont associées à une augmentation du risque de cancer.

Mon opinion

Avec les données scientifiques que nous avons à ce jour, je ne peux recommander la diète cétogène. Son efficacité à long terme est peu significative et le fait d’exclure autant d’aliments nuit considérablement à l’équilibre nutritionnel (vitamines, minéraux, antioxydants). La diète méditerranéenne et le régime végétarien récoltent beaucoup plus d’appuis scientifiques. Ces approches sont associées à une réduction du risque de maladies chroniques incluant le diabète de type 2, les maladies cardiovasculaires, l’obésité et le cancer. Le fait d’avoir une alimentation variée qui mise sur les légumes colorés, les fruits, les grains entiers, le poisson, les légumineuses, les noix et les graines tout en limitant considérablement les sucres est assurément l’approche alimentaire de choix pour vivre en bonne santé.


Référence : Extenso, Centre de référence sur la nutrition de l’Université de Montréal. État de la question sur la diète cétogène.