/news/society
Navigation

Les villes piétonnières, un antidote à l’hypertension artérielle

Coup d'oeil sur cet article

Ramener les villes à échelle humaine en aménageant des quartiers axés sur les déplacements à pied pourrait permettre de réduire les problèmes d'hypertension artérielle dans le monde, montre une étude britannique publiée au début du mois.

Selon des chercheurs des universités de Hong-Kong et d'Oxford, qui ont analysé les données de près de 430 000 citoyens du Royaume-Uni âgés de 38 à 73 ans et provenant de 22 villes, habiter dans un quartier où les services sont à distance de marche aiderait à prévenir les problèmes d'hypertension et à faire diminuer la pression sanguine.

La corrélation entre la diminution de l'hypertension et la possibilité de se déplacer à pied dans son quartier est tout particulièrement visible chez les femmes, les personnes âgées entre 50 et 60 et les citoyens demeurant dans des quartiers très denses et des quartiers verts.

Économies

L'hypertension artérielle est un problème courant dans le monde, avec environ 1 milliard de personnes atteintes. Au Canada, environ 7,5 millions de citoyens font de la «haute pression», soit environ une personne sur cinq. Selon Hypertension Canada, la «haute pression» jouerait un rôle dans environ 18 % des décès par année dans le monde.

«Nous dépensons des milliards de livres pour prévenir et guérir les maladies cardiovasculaires. Si nous pouvions investir dans la création de villes santé en réaménageant l'organisation de nos quartiers pour les rendre plus propices à l'activité physique et à la marche, alors, probablement, nous pourrions réaliser d'importantes économies en soin de santé dans le futur», a expliqué le docteur Chinmoy Sarkar au quotidien The Guardian.

Des villes mal adaptées à la marche favorisent des styles de vie plus sédentaires, ce qui augmente les risques de développer de l'hypertension et des problèmes cardiovasculaires, a souligné M. Sarkar.

On comptait, en 2010, environ 8 millions d'ordonnances d'antihypertenseurs au Canada. Ces médicaments représentaient un coût d'environ 3 milliards $, selon Hypertension Canada.

L'étude a été publiée dans la publication spécialisée «International Journal of Hygiene and Environmental Heath» le 3 février.