/news/society
Navigation

Scandale sexuel en Haïti: Oxfam-Québec dénonce le comportement de certains membres d'Oxfam Grande-Bretagne

Scandale sexuel en Haïti: Oxfam-Québec dénonce le comportement de certains membres d'Oxfam Grande-Bretagne
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Oxfam-Québec dénonce l’inconduite sexuelle en Haïti de certains membres de l’équipe d’Oxfam Grande-Bretagne révélée par le quotidien londonien «The Times» vendredi, affirmant qu’il s’agit de «comportements inexcusables».

Selon les informations obtenues par «The Times», des employés de l’organisation caritative en poste en Haïti après le tremblement de terre dévastateur de janvier 2010 auraient eu recours à des prostituées locales, lors de soirées tenues dans des logements et des chambres d’hôtel payés par l’ONG.

«En 2011, certains membres de l’équipe d’Oxfam Grande-Bretagne en Haïti ont agi de manière inacceptable, allant de façon consternante à l’encontre des valeurs les plus profondes que nous portons, a écrit Denise Byrnes, la directrice générale d'Oxfam-Québec, dans un message transmis à l’Agence QMI. Nous étions outrés et choqués par ces événements en 2011 et nous le sommes encore aujourd'hui.

«Ce sont des comportements qui sont inexcusables, a-t-elle ajouté. Nous ne pouvons tolérer aucun comportement de ce genre et nous devons nous assurer d'avoir toutes les mesures possibles en place pour éviter que ça n'arrive encore.»

Mme Byrnes a souligné que «la priorité d'Oxfam-Québec est de se tenir au côté des femmes et des filles qui ont subi cette exploitation», assurant que «ces comportements sont en totale opposition avec les valeurs de notre organisation».

Elle a expliqué qu’à l’époque des faits, les opérations d'Oxfam Grande-Bretagne étaient totalement indépendantes de celles d'Oxfam-Québec, affirmant que, bien qu’Oxfam-Québec a des activités en Haïti, «ni le personnel ni les fonds d'Oxfam-Québec n'ont été impliqués dans cette affaire».

Denise Byrnes a précisé qu’à l’époque des comportements d’inconduite des membres d’Oxfam Grande-Bretagne, «des mesures sérieuses ont été prises pour lutter contre ce fléau, avec l'ensemble des Oxfam» et qu’«à la lumière des derniers événements, nous allons revoir ces mécanismes et voir comment nous pouvons encore les améliorer et être un leader dans le secteur pour prévenir les abus de toute nature».

Ancien président du CA d’Oxfam-Québec, Jean-Pierre Charbonneau recommande aux dirigeants de l’ONG d’être proactifs

Plus tôt dimanche, à l’antenne de LCN, Jean-Pierre Charbonneau, l’ancien ministre et journaliste, qui a aussi été le président du conseil d’administration d’Oxfam-Québec de 1992 à 1994, avait dit que les dirigeants d’Oxfam devaient être proactifs dans la gestion de cette crise liée à l’embauche de prostituées en Haïti s’ils veulent préserver l’image de l’organisme.

Scandale sexuel en Haïti: Oxfam-Québec dénonce le comportement de certains membres d'Oxfam Grande-Bretagne
PHOTO AGENCE QMI, TOMA ICZKOVITS

 

Pour M. Charbonneau, l’important est que les administrateurs d’Oxfam en Angleterre réagissent «rapidement et avec fermeté» et qu’ils ne fassent pas de compromis sur les explications qui doivent être données.

Au cours de l’entrevue qu’il a accordée à LCN, il a en outre affirmé que les responsables de la branche québécoise de l’organisme doivent sortir publiquement pour assurer aux citoyens qu’elle n’a rien à se reprocher et pour dénoncer les gestes commis.

«Il reste qu’on fait partie de la confédération Oxfam internationale. Pour bien des gens, quand ils entendent le mot Oxfam, ils pensent à nous, a soulevé celui qui siégeait encore au conseil d’administration d’Oxfam-Québec jusqu’à l’automne dernier. Il y a une espèce de confusion et les gens font des associations inévitables.»

Oxfam-Québec, qu’il qualifie de «bijou de la coopération internationale» dans la province, n’est d’ailleurs pas à l’abri d’un scandale, fait remarquer M. Charbonneau.

«Ça aurait pu être un de nos employés. On aurait sévi, mais il aurait fallu nous aussi à ce moment donner des explications», a-t-il mentionné en donnant l’exemple des scandales sexuels révélés au cours des derniers mois.

La présente crise qui affecte l’organisation non gouvernementale ne devrait toutefois pas, à long terme, causer une crise de confiance envers Oxfam, que ce soit au Québec ou dans le monde entier, croit M. Charbonneau.

«Les gens ont une certaine maturité; ils savent, même dans leur propre vie, qu’il n’y a jamais rien de parfait. L’important, c’est qu’ils soient convaincus que les gens d’Oxfam-Québec n’ont à voir avec ça et qu’Oxfam-Angleterre va faire ce qu’il faut rapidement.»