/opinion/columnists
Navigation

Des jeux mal-aimés

TOPSHOT-OLY-2018-PYEONGCHANG-OPENING-RINGS
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

En regardant les Jeux olympiques en fin de semaine, j’ai eu l’impression que le mouvement olympique était en train de payer la note pour son arrogance et la corruption qui a parasité le CIO pendant de nombreuses années.

Cela n’enlève pas de mérite aux athlètes comme Maxence Parrot, Justine Dufour-Lapointe. C’est le mouvement olympique qui en arrache, qui a perdu du piquant, c’est lui qui a l’air malade.

Il n’est plus à la hauteur des athlètes.

Malgré le talent et le dépassement des participants, il manque des ingrédients essentiels pour que ces jeux soient mémorables.

Du charme, du rêve.

Les images que vous avez vues jusqu’à maintenant vous donnent-elles le goût d’aller faire du ski ou de la planche en Corée du Sud ?

On est loin de Lillehammer, Albertville, Vancouver et même Nagano.

Encore L’Asie

Vous me direz que le décalage horaire avec l’Amérique n’aide pas et vous avez raison. Et ce sera la même chose dans 4 ans à Beijing.

D’ailleurs, comment le CIO a-t-il pu se retrouver à devoir présenter des jeux d’hiver deux fois de suite en Asie ?

Deux raisons : arrogance et corruption.

Le maire Labeaume a pris la bonne décision en écartant lui même Québec pour 2026.

Et que dire de la présence des athlètes russes...

Crosby et Mcdavid

Pensez ce que vous voulez des athlètes professionnels, mais la réalité c’est que les joueurs de la LNH manquent cruellement à ces Jeux.

Imaginez les matchs qu’on aurait eus avec les Crosby, MacKinnon, Stamkos, McDavid.

Le spectacle majestueux qu’ils nous ont offert à Vancouver et Sotchi amenait des cotes d’écoute et une extraordinaire visibilité pour les Jeux et les athlètes amateurs qui y participent.

Souhaitons que Gary Bettman prenne une décision différente en 2022, lui qui voit la Chine comme un marché à exploiter pour sa ligue.