/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Je suis une mère indigne

Coup d'oeil sur cet article

Samedi, j’ai emmené mon fils voir un film subversif, controversé, potentiellement explosif.

Un film qui, selon certains, pourrait transformer mon héritier en tueur en série.

Oui, vous pouvez le dire, je suis vraiment une mère indigne. Car en fin de semaine, mesdames et messieurs, j’ai emmené mon fils voir... Pierre Lapin !

Ha ha, vous pensez que c’est un innocent petit film mettant en vedette d’adorables lapins habillés en pastel qui gambadent dans la campagne anglaise en jouant de vilains tours à un vieux jardinier ? Non, mesdames et messieurs. C’est un film violent, qui, selon certains, pourrait transformer vos enfants en dangereux psychopathes. L’heure est grave...

INTIMIDATION ALIMENTAIRE

Tu sais que tu as atteint le paroxysme de la bêtise humaine quand des parents demandent le boycottage d’un film pour enfants parce que, dans une scène cruciale, on y montre Pierre Lapin s’en prendre à un humain en lui lançant des mûres auxquelles il est allergique. Sa pauvre victime s’écroule, se plante un EpiPen dans la jambe et revient à la vie d’un coup sec.

Or, des tonnes de parents outrés et offensés ont poussé les grands cris. Ils ont parlé d’intimidation alimentaire, d’incitation à la violence, d’« appel au meurtre » et évoqué la possibilité que des enfants, exposés à cette scène traumatisante, martyrisent leurs petits camarades en revenant à l’école.

Et ces parents allergiques à l’humour ont lancé un mouvement anti-Pierre Lapin. Un mouvement qui a son propre mot-clic (#boycottpeterrabbit) et sa propre pétition.

J’ai même lu sur Twitter un parent excédé qui lançait à Sony Pictures, le producteur du film : « Si un enfant meurt à cause de ce film, vous aurez du sang sur les mains. »

Misère ! On parle ici d’un film mettant en vedette des lapins qui parlent, qui portent des vestes et qui dansent du hip-hop. Ce n’est pas réaliste, les amis, c’est une comédie animale inoffensive !

Pierre Lapin est un film hilarant bourré de moments comiques. Comme quand un lapin qui se retrouve le museau dans l’arrière-train de son frère lui demande : « C’est quand la dernière fois que tu t’es lavé la queue ? »

Est-ce que je peux rappeler à ces petits parents fragiles que dans ce film, on voit aussi des lapins et des humains se lancer des bâtons de dynamite et s’amuser à s’électrocuter les uns les autres ?

Ça ne veut pas dire que mon fils de 9 ans est sorti du cinéma en ayant une féroce et irrésistible envie de me placer un bâton de dynamite dans l’arrière-train ni de me trucider en plaçant des fils électriques sur la poignée de porte.

Ces parents offensés ont-ils déjà vu Maman, j’ai raté l’avion, où un petit garçon utilise 1001 façons de blesser et exterminer deux vilains cambrioleurs ?

Aurait-il fallu boycotter aussi ce film pour enfants, sous prétexte que ça incitait à la violence ?

Et La guerre des tuques, c’est de la violence hivernale ?

Y’A RIEN LÀ !

Quand je suis allée voir Pierre Lapin, je n’ai pas du tout tiqué sur la scène en question.

Je ne pouvais pas imaginer deux secondes qu’un truc aussi inoffensif ferait scandale.

Pour trouver que Pierre Lapin est un film dangereux, il faut vraiment avoir une carotte dans le derrière.