/news/society
Navigation

Lock-out chez ABI: Alcoa veut reprendre le dialogue

Aluminerie de Bécancou - ABI
Photo Capture d'écran / TVA Nouvelles

Coup d'oeil sur cet article

BÉCANCOUR | Alcoa a indiqué, par la voie d'une lettre envoyée vendredi dernier au député caquiste de Nicolet-Bécancou, Donald Martel, avoir l'intention de reprendre le dialogue avec le syndicat de ses 1000 employés en lock-out à l'Aluminerie de Bécancour (ABI).

M. Martel avait, quelques jours auparavant, interpellé les parties pour les inviter à renouer le dialogue.

Dans sa lettre, le président d'Alcoa Canada, Jean-François Cyr, mentionne «qu'il est prêt à recevoir des propositions qui feraient en sorte de changer fondamentalement les relations entre le syndicat et la compagnie», a confié le député.

L'entreprise avait exprimé de vive voix son intention à la ministre du Travail lors d'une rencontre à Québec.

Cette évolution après un mois de lock-out est bien reçue à Bécancour. «Le point positif de ça, c'est que j'ai l'impression qu'ABI ne veut pas fermer son usine. Ça, c'est très important», a avancé le maire Jean-Guy Dubois.

Le conciliateur qui s'occupe du dossier avait tout de suite appelé les parties vendredi dernier. On attend toujours par contre qu'il fixe le lieu et le moment d'une reprise des pourparlers.