/sports/opinion/columnists
Navigation

Shawinigan à Pyeongchang

Rejean Tremblay
Photo courtoisie Mathieu Boulay et moi avons suivi le combat de boxe de Simon Kean de... Pyeongchang.

Coup d'oeil sur cet article

PYEONGCHANG | Il était environ 13 h hier quand le combat entre Simon Kean et Alexis Santos a débuté. Mathieu Boulay a juste eu le temps d’envoyer les dernières citations pour son texte de Une avant de venir s’asseoir près de moi. C’est rendu fou. Avec TVAsports.ca, on avait le combat comme si on avait été à nos places de presse. Avec en prime les commentaires de Bernard Barré.

Ceux qui doutaient du talent de Simon Kean devront refaire leurs devoirs. Son jab est long et lourd, sa droite, malgré une épaule endolorie qu’il protégeait pendant le combat, est une vraie masse d’abattoir et sa technique apprise pour les Olympiques de Londres le sert très bien.

Mais surtout, à part un passage à vide au septième round, Kean est resté concentré et a respecté son plan de match à la lettre.

Il a été touché à quelques reprises, ce qui lui a permis pour une fois, de valider la résistance de son menton. Mais il a clairement dominé le combat.

Mathieu Boulay, qui a toujours entretenu un doute sur la condition physique de Kean, a noté qu’il baissait de rythme vers la fin des rounds. Et qu’il avait pompé de l’air au septième. Plus de cardio sera sans doute la solution à cette remarque.

Cela dit, les pieds et les mains gelés dans une tente mal chauffée en Sibérie, cette heure passée à Shawinigan a fait chaud au cœur.

Lâche pas mon Brad, on a aimé ça.