/opinion/columnists
Navigation

Une société de « pas de dents »

Coup d'oeil sur cet article

La statistique m’a jetée par terre. Un Québécois sur 5 de plus de 45 ans n’a plus aucune dent naturelle. Aucune. Ça en fait, du monde qui mange mou, et pas juste au CHSLD. Le Québec est le royaume du dentier. Plutôt que de se payer des soins dentaires coûteux, ils préfèrent passer la gratte. « Enlève-moi tout ça ! » disent-ils. C’est connu désormais que nos dentistes ont les dents longues et facturent entre 10 et 50 % plus cher pour un même traitement que dans le reste du pays. Pas étonnant que de plus en plus de Québécois s’offrent des soins dentaires à Cuba.

Pour vos beaux yeux

Le même scénario va-t-il s’appliquer aux soins de la vue ? Mes sources me disent que les optométristes sont très sérieux quand ils menacent de faire payer leurs patients de moins de 18 ans et de plus de 65 ans si Québec n’augmente pas leurs tarifs. 12 $ pour un examen complet de la vue, peut-être n’ont-ils pas tort ? Certains, pas tous, se rattrapent en vous vendant des lunettes au prix fort, amenant de plus en plus de Québécois à magasiner leurs lentilles sur internet.

Alors qu’ils se plaignent de ramasser des pinottes, les optométristes sont écœurés de voir tous ces millions versés aux médecins spécialistes. Jusqu’à l’an dernier, un ophtalmologue pouvait facturer des frais accessoires de 15 $ à 45 $ par goutte oculaire à un patient.

Encore plus d’argent

Et on n’a pas fini de parler d’eux. Les spécialistes viennent de s’entendre avec Québec, « au bénéfice des patients », a dit Philippe Couillard. Ça m’étonnerait beaucoup. Pas d’autre mot sur cette entente confidentielle. C’est quand même de notre argent qu’on parle.

Pendant ce temps-là, mis de côté de ces négociations, et toujours la tête de Turc préférée de l’opposition, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, saupoudre : il vient d’annoncer un nouvel investissement de 8,6 millions de dollars pour améliorer l’accès à certains soins et diminuer l’attente pour une chirurgie. Comme si plus d’argent allait changer quoi que ce soit.