/world/opinion/columnists
Navigation

Trump privatise et déréglemente

Coup d'oeil sur cet article

Donald Trump a finalement publié son plan de reconstruction des infrastructures. Mais le plan porte mal son nom. Il s’agit surtout d’un plan de déréglementation environnementale, de congés d’impôt pour les entreprises en construction et de privatisation des infra­structures publiques.

D’ailleurs, le montant d’argent investi par le gouvernement fédéral est ridicule étant donné les besoins et la taille des États-Unis : 20 milliards de dollars par année pendant 10 ans. En fait, le plan de reconstruction apparaît surtout comme un moyen pour tenter de remporter les élections de mi-mandat qui arrivent cette année.

1 Que contient le plan des infrastructures de Donald Trump ?

Le plan de 53 pages contient quatre parties : la première porte sur le financement général, la seconde sur les mesures additionnelles au financement, la troisième sur la réforme des permis de construction et la quatrième sur la formation de main-d’œuvre. Mais en réalité, plus de 40 % du plan porte sur l’affaiblissement, le contournement ou l’abolition de mesures de protection de l’environnement. La partie sur la formation occupe à peine trois pages. Elle vise surtout à autoriser les travailleurs de la construction à travailler dans tous les États américains, sans restriction, et à abaisser les critères de formation à l’embauche. Le reste contient des mesures pour aider les finances des entreprises de construction. Par exemple, ces entreprises pourraient obtenir des congés de taxes ou des prix très faibles lors de la privatisation des infrastructures publiques, comme les aéroports, les systèmes d’aqueducs et les autoroutes.

2 Comment les travaux d’infrastructures seront-ils financés ?

La réponse courte est : par les usagers et par les gouvernements locaux. Les 1300 milliards $ qui manquent pour renouveler les infrastructures seront en effet injectés par les taxes locales et par les entreprises. Cependant, aucune aide financière réelle n’est prévue pour les gouvernements des États ou des localités. C’est que l’administration Trump croit sans nuance à la magie du capitalisme. Selon elle, il suffit d’offrir les infrastructures aux entreprises privées, à des prix dérisoires et avec un minimum de contraintes, pour que celles-ci s’engagent dans la reconstruction. Ainsi, avec ce plan, des autoroutes privées pourraient être construites à travers des parcs nationaux.

3 Pourquoi les entreprises privées marcheraient-elles dans ce plan ?

Le plan est un pont d’or pour les entreprises. Par exemple, une autoroute reconstruite suivant ce plan serait pour ainsi dire payée trois fois par les contribuables américains. La vieille autoroute, pourtant déjà payée, serait vendue à perte ; les compagnies auraient des congés d’impôt ; les péages assureraient des revenus stables et élevés aux entreprises.

4 Le plan passera-t-il au Congrès ?

Étant donné que les républicains possèdent la majorité dans les deux chambres, le plan a toutes les chances de passer. Construire des routes et des ponts est toujours populaire auprès des électeurs.