/sports/hockey/canadien
Navigation

10 moments marquants depuis le retour de Claude Julien

L’entraîneur-chef du Canadien, Claude Julien.
Photo d'archives, JOEL LEMAY L’entraîneur-chef du Canadien, Claude Julien.

Coup d'oeil sur cet article

Le 14 février 2017, Claude Julien remplaçait Michel Therrien pour la deuxième fois de sa carrière derrière le banc du Canadien de Montréal. Voici un top 10 des moments les plus marquants de l’année de l’entraîneur-chef.

1- L’embauche de Julien

Il y a un an, alors que la majorité des gens étaient sur le point de s’asseoir avec leur amoureux ou leur amoureuse pour partager un repas de la Saint-Valentin, le Canadien annonçait le congédiement de Michel Therrien et l’embauche de Claude Julien, qui a paraphé un contrat de cinq ans, soit jusqu’à la saison 2021-2022.

«J’aime les défis, j’aime les villes de hockey. Pour que j’accepte de revenir aussi rapidement [dans un poste d’entraîneur-chef], il fallait que ce soit la situation idéale. C’est ce que je retrouve avec le Canadien de Montréal», avait-il indiqué lors du point de presse annonçant son retour. Un défi qu’il ne pensait peut-être pas aussi grand.

2- Le retour de Julien à Boston

Le 17 janvier dernier, Julien effectuait un retour à Boston, là où il a travaillé pendant presque dix saisons, y remportant la coupe Stanley en 2010-2011 et prenant part à la finale en 2012-2013.

«Ça ramène des souvenirs. Quand tu passes 10 ans à la même place, c’est familier. Ça fait quand même bizarre de rentrer ici comme un visiteur», a avoué Julien.

Les ouailles de Julien ont connu une sortie difficile, s’inclinant 4-1.

«On n’était pas bons ce soir, avait martelé Julien. J’étais vraiment désappointé de notre effort. Quand ton quatrième trio continue d’être ton meilleur à l’attaque, côté travail et compétition, t’espères un moment donné que tu auras la même contribution de tout le monde.»

3- Une 100e victoire avec le CH

Le 30 novembre dernier, Claude Julien signait sa 100e victoire en carrière à la barre du Tricolore grâce à un gain de 6-3 aux dépens des Red Wings de Detroit.

4- Élimination du Canadien contre les Rangers

Claude Julien a repris le flambeau, l’année dernière, alors que l’équipe était au sommet de la Ligue nationale de hockey. Elle connaissait toutefois des ennuis après un excellent début de saison. La Sainte-Flanelle a glissé au classement pour finir au quatrième rang de l’Association.

Au premier tour des séries, la troupe de Julien croisait le fer avec les Rangers de New York d’Alain Vigneault. Les Rangers ont remporté les trois derniers matchs du duel pour éliminer les Glorieux.

Le capitaine Max Pacioretty n’avait pas connu d’excellentes séries et l’entraîneur en avait parlé aux médias lors d’un point de presse qui avait suivi le quatrième match de la série.

Ce genre de choses relève de la régie interne, a dit l’entraîneur-chef après la défaite de 2-1 des siens. Max nous a apporté beaucoup et il va nous en apporter beaucoup.»

5- Les retrouvailles entre les Bruins et Julien

Après avoir quitté une organisation pour une autre, une des premières choses que regarde l’entraîneur ou le joueur, c’est le calendrier afin de savoir quand il renouera avec ces anciens joueurs ou coéquipiers. Julien a dû patienter près de 11 mois pour affronter les Bruins.

Brad Marchand a profité de cette occasion pour rendre hommage à son ancien pilote. «Il m’a donné l’opportunité de jouer, beaucoup plus que l’auraient fait d’autres entraîneurs. Il savait que je pouvais être plus qu’un joueur de quatrième trio. Il a travaillé avec moi de façon infatigable. Il m’a permis de devenir un meilleur joueur et un meilleur athlète professionnel», a indiqué Marchand.

Le CH avait perdu 4-3 en tirs de barrage.

6- Les pertes de Radulov et de Markov

Au cours de l’été, Julien a appris qu’il devrait se débrouiller sans certains piliers de la précédente saison alors qu’Alexander Radulov a choisi les Stars de Dallas et qu’Andrei Markov et le CH ne se sont pas entendus sur un nouveau contrat.

«On a perdu de bons joueurs, ce n’est pas un secret. On a quand même eu des joueurs comme [Jonathan] Drouin et [Karl] Alzner. Peut-être pas offensivement, mais défensivement Alzner est très solide. On a un bon noyau de vétérans avec [Shea] Weber, notamment. On a de bons jeunes qui poussent. Notre noyau est très bon et il est très jeune», avait-il déclaré lors du tournoi de golf de Pacioretty.

7- La Classique du centenaire

Le 16 décembre dernier, le Canadien affrontait les Sénateurs d’Ottawa au TD Place devant 33 959 spectateurs. Julien a vu sa troupe s’incliner 3-0. Carey Price avait réalisé 35 arrêts, mais ce ne fut pas suffisant pour permettre au Tricolore de l’emporter.

«C’est assez évident que nous n’avons pas créé beaucoup de chances de marquer, avait résumé Claude Julien après la rencontre. Quand tu joues un match dans de telles conditions, tu dois avoir une attitude de col bleu. Nous n’avions pas cette attitude.»

8- Mete force la main de Julien

Au mois de juillet, Claude Julien avait déjà été séduit par le jeune défenseur Victor Mete, l’idylle s’est concrétisée lors du camp d’entraînement, si bien que le jeune homme de 19 ans a forcé la main de Julien et de Marc Bergevin pour demeurer à Montréal.

«Lorsque je l’ai vu ici au camp de développement, j’ai vu quelque chose. Je l’ai regardé aller et j’ai dit à Marc [Bergevin] "j’aimerais ça le voir avec un gars comme Weber. Il va se sentir confortable et j’aimerais vraiment voir ce qu’il peut apporter".»

Il voyait en lui un certain Torey Krug.

9- Une fiche victorieuse

Depuis la réembauche de Julien, le CH montre un dossier de 38 victoires, 33 revers et huit défaites en temps supplémentaire ou en fusillade. Lors de son premier passage derrière le banc du Canadien, il a avait compilé une fiche de 72 gains, 62 revers, 10 verdicts nuls et 14 revers en prolongation.

10- Vers le plateau de 1100 rencontres en carrière

Peu d’entraîneurs peuvent se targuer d’avoir dirigé 1000 matchs dans la LNH. Claude Julien pourrait atteindre le plateau des 1100 parties dans le circuit Bettman. Avant la joute de mercredi soir contre l’Avalanche du Colorado, Julien était à 24 matchs de ce plateau. C’est le 1er avril contre les Devils du New Jersey, lors d’un match au centre Bell que le Franco-Ontarien atteindra ce cap.