/sports/hockey/canadien
Navigation

Encore blanchi

Le Canadien s’incline 2 à 0 au Colorado

Max Pacioretty s’est fait bousculer par Alexander Kerfoot devant le filet de l’Avalanche, en première période.
Photo USA TODAY Sports Max Pacioretty s’est fait bousculer par Alexander Kerfoot devant le filet de l’Avalanche, en première période.

Coup d'oeil sur cet article

DENVER | L’histoire de la saison du Canadien s’est répétée une fois de plus. Malgré 43 tirs sur Semyon Varlamov, il n’a pas été en mesure de secouer les cordages.

En s’inclinant 2 à 0 contre l’Avalanche, mercredi au Colorado, la troupe de Claude Julien a subi l’affront d’un blanchissage pour la huitième fois de la saison. Huit fois en 56 matchs, c’est énorme !

« Si on ne trouve pas le moyen de marquer des buts, on ne gagnera pas de match, a déclaré l’entraîneur du Canadien. Ce n’est pas qu’une question de lancers. Il faut également tenir compte des occasions de marquer. On en a eu un bon paquet. »

Dix-huit, selon Julien, dont plusieurs en troisième période.

« Quand tu ne réussis pas à en profiter, les erreurs qui t’ont couté un but ici et là font la différence. C’est ce qui se passe présentement », a indiqué le Franco-Ontarien.

Attaque massive muette

À ce sujet, les Montréalais se mordaient les doigts de ne pas avoir été en mesure de profiter d’une supériorité numérique de deux hommes, pendant 40 secondes, au début de la troisième période.

« C’est dommage, dans un match aussi serré, de ne pas avoir su en profiter. On a fait quelques erreurs. Il faut capitaliser sur ce type d’occasion et nous ne l’avons pas fait », a souligné Alex Galchenyuk, dont quelques tentatives de tirs au cours de cet avantage numérique ont été bloquées par les défenseurs de l’Avalanche.

Au cours de ses deux dernières sorties, le Tricolore a été blanchi en sept supériorités numériques, dont quatre mercredi soir.

Au moins, cette fois, le Canadien a semblé en tirer un certain élan. Mais au risque de se répéter, l’élan, s’il ne mène à aucun but, ne change rien à l’issue de la rencontre.

Niemi fait le travail

En matinée, Julien avait justifié l’utilisation d’Antti Niemi dans ce match en raison de sa fiche face à l’Avalanche (et celle de Carey Price face aux Coyotes, les adversaires de jeudi soir). L’entraîneur du Canadien avait vu juste.

Mis à l’épreuve à 25 reprises, le gardien finlandais n’a été déjoué que par Carl Soderberg et Alexander Kerfoot. Bref, une fois de plus, il a donné une véritable chance à son équipe de l’emporter.

« À l’étranger, on a besoin de bonnes performances individuelles. Je suis content de pouvoir m’affirmer et effectuer les arrêts », a déclaré Niemi.

Cependant, comme c’est trop souvent le cas, il n’a pas reçu l’appui de son attaque. Il s’agissait de sa septième présence devant le filet du Canadien. Pour la cinquième fois, ses coéquipiers ont été limités à deux buts ou moins.

« Je préfère me concentrer sur ma préparation. Je veux jouer d’excellents matchs chaque soir. Je crois que si je peux faire ça, ça nous donnera une chance de gagner », a expliqué l’homme masqué de 34 ans, refusant de blâmer le reste du groupe.

Pris dans son territoire

Par ailleurs, Joe Morrow doit peut-être prendre une part du blâme sur le but de Soderberg, mais sa contribution lorsque l’Avalanche a attaqué la zone du Canadien pendant plus de deux minutes et demie en début de deuxième période vaut la peine d’être soulignée.

Durant cette domination, les locaux ont décoché quatre tirs, raté la cible à deux reprises et vu trois autres tirs être bloqués. Les trois fois, Morrow s’est substitué à son gardien.

Toutefois, contrairement à ce qu’il avait fait lors de la visite de l’Avalanche le 23 janvier, le Canadien n’a pas été en mesure de freiner sa série de succès.

En battant le Tricolore, la troupe de Jared Bednar a savouré un 10e gain de suite à domicile. Elle égale ainsi une marque d’équipe établie par les Nordiques de 1984 et répétée par ceux de 1995.

Lindgren, un atout important À la veille de cet affrontement, le Canadien a annoncé le renouvellement du contrat de Charlie Lindgren pour trois saisons. Trois campagnes au cours desquelles le gardien américain touchera annuellement 750 000$.

« On aime son évolution et la façon dont il a joué lorsque nous l’avons rappelé. Je n’ai pas la chance de le suivre d’aussi près quand il joue avec Laval, mais je sais que c’est un bon gardien de but qui jouera dans la LNH un jour. C’est important d’être en mesure de le garder au sein de notre organisation », a déclaré l’entraîneur du Canadien à ce sujet.

Lors de son plus récent séjour avec le Tricolore, Lindgren a effectivement démontré de belles qualités. En huit départs, il a maintenu un dossier de 3-4-1, affiché une moyenne de buts alloués de 2,43 et un taux d’efficacité de ,924.

Puisque l’entente avec l’homme masqué de 24 ans en est une à un seul volet, il est à prévoir que le séjour de Niemi avec le Tricolore s’achèvera à la fin de la présente saison.

 

+
Antti Niemi
Niemi n’a rien à se reprocher. Chaque fois qu’il se retrouve devant le filet, il doit viser la perfection. Sans quoi, les chances de l’équipe de l’emporter fondent à vue d’oeil.
-
Attaque anémique
Huit fois, déjà, depuis le début de la saison, le Canadien a été blanchi. Ça n’explique pas tout, mais le manque de relance des défenseurs en est l’une des causes.
0
2
Première période
Aucun but.
Punitions: Aucune punition.
Deuxième période
1-Col: Carl Soderberg (11) (Bourque, Greer) 15:55
Punitions: Kerfoot (Col) 1:55, Pacioretty (Mon) 8:44, Toninato (Col) 11:39.
Troisième période
2-Col: Alexander Kerfoot (14) (Sans aide)16:58
Punitions: Rantanen (Col) 1:40, Soderberg (Col) 3:00, Deslauriers (Mon) 8:56.
Tirs au but
Montréal 9 - 17 - 17 - 43
Colorado 7 - 13 - 5 - 25
Gardiens:
Mon: Antti Niemi (P, 2-6-1). Col: Semyon Varlamov (G, 14-11-2).
Avantages numériques:
Mon: 0 en 4, Col: 0 en 2.
Arbitres:
Kelly Sutherland, Pierre Lambert.
Juges de lignes:
David Brisebois, Steve Miller.
ASSISTANCE:
14 928.
Semyon Varlamov
Carl Soderberg
★★
Alex Galchenyuk
★★★