/auto/reviews
Navigation

Deux roues motrices, c’est bien, mais quatre c’est mieux

Coup d'oeil sur cet article

Une fois qu’on a passé un hiver au volant d’un véhicule à quatre roues motrices, c’est bien difficile de s’en passer par la suite. Et ça, on n’est pas les seuls à le croire, puisque de 2016 à 2017, Volkswagen a doublé ses ventes de véhicules munis du système 4Motion.

Dans l’optique de nous rappeler l’efficacité de ce système qui gagne en popularité, Volkswagen a mis à notre disposition quelques-uns de ses véhicules afin de les conduire dans un contexte hivernal.

Mais il ne s’agissait pas d’un contexte hivernal banal. On a pris le volant de l’Atlas, de la Golf Alltrack et de la Golf R sur le lac Sacacomie qui était évidemment gelé et spécialement aménagé pour l’occasion. Neige et glace étaient au rendez-vous. 

Tout avait été mis en place pour que les véhicules dérapent et patinent. Évidemment, ils n’étaient pas chaussés de pneus à clous. Et pourtant, tous les véhicules se sont avérés fort plaisants. Sur la piste, ils étaient si à l’aise qu’on les croirait conçus sur mesure pour le Québec. 

À l’exception de l’Atlas, il était possible de retirer le système d’aide à la traction histoire de maximiser le plaisir au volant.

Durant une partie de la journée, on a aussi conduit l’ensemble des véhicules sur les routes de la Mauricie. L’idée était d’observer la manière dont ils se comportaient avec un usage plus normal que la piste. 

Volkswagen Tiguan 2018
Germain Goyer

Comment ça marche?

Attention, le système 4Motion ne fonctionne pas de la même manière que la traction intégrale de Subaru. Les quatre roues des véhicules Volkswagen équipés de ce système ne sont pas motrices en permanence. En fait, comme une Golf conventionnelle, la puissance n’est normalement transmise qu’aux roues avant. Or, Volkswagen spécifie que le système 4Motion est toujours actif et que celui-ci est sollicité dès le moindre glissement.

Il est intéressant de noter qu’en cas de besoin, presque l’entièreté peut être acheminée aux roues arrière. De plus, quatre modes de conduit sont offerts en fonction du type de surface sur laquelle on roule : route, neige, hors route et sur mesure.

Volkswagen Golf R 2018
Germain Goyer

Dans quels véhicules?

Pour 2018, Volkswagen offre son système 4Motion sur cinq modèles: Atlas, Tiguan, Golf Sportwagen, Golf Alltrack et Golf R. Construit au Tennessee, l’Atlas est le plus américain, mais aussi le plus volumineux des véhicules de la gamme Volkswagen. Il peut accueillir jusqu’à sept occupants. Renouvelé pour 2018, le Tiguan a été allongé et offre désormais, en option, une troisième banquette et peut accueillir, lui aussi, jusqu’à sept passagers.

Avec son prix de base établi à 25 695$, la Golf SportWagen est la plus abordable de la gamme 4Motion. Elle est carrément une Golf familiale à laquelle on a greffé quatre roues motrices.

Quant à l’Alltrack, elle est un peu comme l’Allroad chez Audi, c’est-à-dire qu’elle est la version plus costaude de la SportWagen régulière. On la reconnaît grâce à sa suspension surélevée de 15 mm et ses bas de caisse en plastique. Présente sur le marché depuis quelques années, la R est l’incarnation même du phénomène hot hatch. Avec ses 292 chevaux-vapeur et ses 280 livres-pied, elle est la Golf la plus puissante du catalogue. 

Volkswagen Atlas 2018
Germain Goyer

Notre préférée

C’est sûr que la Golf R nous renverse à chaque fois qu’on la conduit. Elle a un format compact, une allure très passe-partout, de la puissance à revendre et, évidemment, quatre roues motrices. Mais notre côté rationnel nous ramène à l’Alltrack. On n’est pas particulièrement friand des véhicules utilitaires sport – c’est très personnel - et l’Alltrack est assurément le meilleur remède contre ce type de véhicules. Logeable, suffisamment puissante, mignonne mignonne et 4Motion, elle a tout pour plaire.

Grâce à son long empattement et à sa garde au sol plus basse que celle d’un VUS, on a trouvé que l’Alltrack était la plus agile et la plus agréable dans son ensemble. Le fait qu’elle était le seul véhicule muni d’une boîte manuelle joue certainement en sa faveur. 

Duo de Volkswagen Golf Alltrack 2018
Germain Goyer