/news/health
Navigation

Du pot québécois dans les SAQ

Du pot québécois dans les SAQ
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Six producteurs ont finalement conclu des ententes avec la Société des alcools du Québec pour lui fournir le cannabis qui sera vendu aux Québécois.

Trois de ces producteurs ont des installations au Québec, mais un seul a son siège social dans la province, soit Hydropothecary, à Gatineau.

Le Journal rapportait ce matin qu’une entreprise ontarienne, MedReleaf, avait signé une lettre d’intention avec la SAQ pour fournir au minimum 8000 kg de cannabis par année pendant trois ans, selon le rapport de gestion de l’entreprise consulté par notre Bureau d’enquête.

On apprend maintenant que le producteur Hydropothecary fournira pour sa part 20 000 kg de cannabis pour la première année. Il s’agit de la plus grosse entente, selon le cofondateur de l’entreprise, Sébastien Saint-Louis.

Les autres producteurs seront Aphria et Canopy Growth, qui fourniront chacun 12 000 kg pour la première année, ainsi qu'Aurora et Tilray, qui fourniront chacun 5000 kg.

Canopy Growth et Aurora ont plusieurs installations, dont certaines se trouvent au Québec. Tilray est situé en Colombie-Britannique alors qu’Aphria est en Ontario.

La SAQ estime de façon préliminaire que les besoins en cannabis de son réseau boutiques seront de 50 tonnes, soit 50 000 kilogrammes, a précisé Linda Bouchard, porte-parole pour la SAQ.

Au total, les ententes concernent plutôt une production de 54 000 kg.

Le cannabis de ces producteurs sera vendu dans les 15 boutiques de la Société québécoise du cannabis (SQDC), une filiale de la SAQ. L’alcool et le pot ne seront donc pas vendus dans les mêmes boutiques.

La SQDC aura le monopole de la vente de pot au Québec. Elle sera également autorisée à vendre en ligne. D’ici trois ans, elle pourrait compter jusqu’à 150 succursales.

Pas de fournisseur officiel

Le tout premier producteur de cannabis au Québec, Hydropothecary, souhaitait devenir le producteur de cannabis officiel pour la SAQ.

«Le Québec est notre priorité. Le marché québécois est celui que nous allons alimenter en premier. C’est très logique», avait déclaré au Journal le porte-parole de l’entreprise, Pierre Kalleen, l'automne dernier.

Hydropothecary ne sera pas le seul fournisseur, mais il sera néanmoins le plus gros, souligne le PDG Sébastien Saint-Louis.

«C’est la plus grande vente de cannabis d’un producteur pour une SAQ. C’est historique, a-t-il souligné. C’est même la plus grande vente de cannabis dans le monde.»

Il est persuadé que les Québécois voudront d’abord encourager l’économie locale en achetant du pot d’ici.

Il croit toutefois que la SAQ a surtout été convaincue par la variété de leurs produits, dont le vaporisateur au THC ou la poudre de cannabis séché à ingérer. «La SAQ nous a choisis pour la qualité de nos produits et le fait qu’on peut les consommer autrement qu’en fumant», précise le PDG.

La SAQ refuse d’accorder des entrevues à ce sujet.