/finance/business
Navigation

Agriculture: la Caisse et Agropur injectent 40 M$ dans l’industrie laitière

Agriculture: la Caisse et Agropur injectent 40 M$ dans l’industrie laitière
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

 La Caisse de dépôt et placement du Québec et Agropur mettent 20 millions $ chacun dans une enveloppe à la disposition d’entreprises novatrices du secteur laitier.

« La plateforme s’adresse aux entreprises innovantes : emballages, produits, technologies. On s’intéressera à l’ensemble du spectre. On espère être en mesure de faire plusieurs investissements avec ce fonds-là », s’est réjoui Robert Coallier, chef de la direction d’Agropur, en marge de l’assemblée annuelle de la coopérative.

M. Coallier prévoit prioriser les joueurs du secteur de la transformation. Il se dit toutefois ouvert à regarder de près « toute idée innovante ou extraordinaire ».

Le premier vice-président, Québec, de la Caisse de dépôt et placement du Québec, Christian Dubé, a aussi insisté sur l’importance d’accompagner les compagnies qui gravitent autour du secteur agroalimentaire, « un secteur clé de l’économie », a-t-il rappelé.


« Année record »

Le chiffre d’affaires d’Agropur a bondi de 7,7 % pour s’établir à 6,4 milliards $ en 2017, par rapport à 5,9 milliards $ en 2016. « C’est une année record pour nous », a résumé M. Coallier, grand patron de la direction.

L’excédent net s’est élevé à 174,9 millions $, comparativement à 98,5 millions $ l’an dernier. Il s’agit d’une hausse de 77,5 %. Agropur a tiré profit d’une consolidation de ses activités ces dernières années.

L’amélioration des prix du fromage et des volumes aux États-Unis explique aussi cette bonne performance selon la coopérative.

Ses marques phares comme son lait « finement filtré » Natrel accaparent 45 % de parts de marché. Son fromage Oka est en croissance de 83 % auprès des Canadiens depuis 2013. Quant au yogourt Iögo, il rafle désormais 13,9 % de parts de marché au pays.


Hausses salariales

Les hauts dirigeants d’Agropur ont été moins volubiles sur leurs augmentations de salaire de près de 54 %. Leur rémunération a plus que doublé, passant de 16,9 millions $ en 2016... à 26 millions $ en 2017.

« Il y a une grande volatilité et nos programmes de rémunération sont basés beaucoup sur les performances », s’est défendu Robert Coallier, chef de la direction d’Agropur.

Le président d’Agropur René Moreau a évoqué les bonis. « Suite aux excellents résultats, c’est certain qu’il y a un système de bonis, alors les bonis ont augmenté », a-t-il tenu à dire.

En guise de comparaison, les ristournes aux membres ont augmenté d’un maigre 8 %, passant de 60 millions $ en 2016, à 65 millions $ l’an dernier. Bien loin des généreuses hausses de salaire des 29 principaux dirigeants.

La coopérative québécoise a aussi été piquée au vif quand on lui a demandé s’il y aurait d’autres suppressions d’emplois cette année. « Il n’y a pas eu de licenciement collectif », a laissé tomber M. Coallier quand on lui a rappelé la mise à pied de 68 cadres l’automne dernier.

 

Agropur en chiffres

  • Fondation : 1938
  • Siège social : Longueuil
  • Membres : 3290
  • Employés : 8300
  • Usines : 39
  • Marques : Natrel, OKA, iögo, Québon