/news/society
Navigation

L'armée mise sur les publicités sur le web

Coup d'oeil sur cet article

Les liens entre le gouvernement fédéral et les géants du web sont de plus en plus étroits, comme l'a dévoilé TVA Nouvelles cette semaine. C'est notamment le cas pour les campagnes publicitaires des Forces armées canadiennes.

Les Forces armées canadiennes ont un urgent besoin de personnel puisqu'elles n'ont pas assez de membres, de femmes et de spécialistes, comme en témoigne un rapport du Vérificateur général.

Le recrutement passe beaucoup par des campagnes publicitaires majeures, mais la Défense nationale a récemment changé de stratégie.

En 2014-2015, la Défense nationale a consacré pas moins de 8,8 millions $ en campagnes publicitaires, diffusées à la fois à la télé, dans les journaux, au cinéma, sur les panneaux d'affichage et sur Internet.

L'année suivante, les budgets ont grandement diminué, passant à 3,2 millions $. Cette année-là, la campagne a été diffusée à la télé et sur le web.

Finalement, l'année dernière, les budgets ont encore fondu, passant à 2,7 millions $ et, cette fois-là, la Défense nationale a misé exclusivement sur le web.

«La campagne numérique est importante, dans le sens qu'on veut aller rejoindre un public cible, donc les jeunes, pour qu'ils regardent les Forces canadiennes comme employeur de choix», a expliqué le major André Berdais, du groupe de recrutement des Forces armées canadiennes.

Pas la meilleure stratégie

Le député du Bloc québécois Michel Boudrias, lui-même ex-officier d'infanterie dans l'armée canadienne, croit qu'il ne s'agit pas nécessairement de la meilleure stratégie.

«On ne peut pas être contre les essais et erreurs, là. On s'entend que les réseaux sociaux et toutes les publicités informatiques ou électroniques qu'on puisse connaître sont valables, mais il ne faut pas négliger non plus les méthodes traditionnelles», a affirmé le député de Terrebonne.

Le député conservateur Pierre Paul-Hus a passé 22 ans dans les Forces canadiennes. Selon lui, il existe une problématique dans le fait que les géants du web ne paient pas d'impôt au Canada.

«Il faut diversifier la publicité, il faut être diversifié, il faut atteindre les gens de différentes façons, et de tout concentrer dans les grandes industries américaines, ce n'est pas nécessairement la meilleure des choses», a dit le député de Charlesbourg–Haute-Saint-Charles.

Une campagne 100% numérique qui survient au même moment où on découvre ces liens de plus en plus étroits entre les géants du web et le gouvernement Trudeau. TVA Nouvelles révélait mardi que des représentants de Google, par exemple, ont rencontré des décideurs du gouvernement à 49 reprises.

Et les résultats...

Mais quels ont été les résultats de cette campagne? Jusqu'ici, les 2,7 millions de dollars investis sur le web n'ont pas fait de miracle.

La campagne a permis de rejoindre et d'enrôler 4000 nouveaux soldats, mais «certains objectifs de recrutement pour les occupations plus spécialisées n'ont pas été atteints», ont admis les Forces armées canadiennes.

Même avec une publicité 100 % numérique, la Défense est loin d'avoir réglé ses problèmes de recrutement.