/sports/jo
Navigation

L’éléphant blanc

L’éléphant blanc
Photo andré cyr

Coup d'oeil sur cet article

GANGNEUNG | Il est pas mal beau, l’Ovale de Gangneung.

Ça a été plaisant d’y passer la soirée. La tribune des spectateurs du centre de patinage longue piste compte 8000 places assises. La vue sur la double piste de 400 mètres est parfaite. Il y a des immenses tableaux indicateurs qui vous permettent de suivre la course.

Le hic, c’est qu’on se demande ici à quoi va servir ce bijou d’aréna une fois les Jeux finis.

Gangneung n’est pas vraiment une destination pour les sports de glace. C’est une ville côtière de la mer de l’Est où les Coréens aiment bien venir passer leurs vacances d’été.

La ville n’a jamais présenté de plan d’avenir pour quelques-unes de ses infrastructures olympiques, dont l’Ovale et l’aréna flambant neuf où sont présentés les matchs de hockey.

Comme peu de Coréens dans ce coin de pays pratiquent le patinage longue piste et que la ville n’a pas d’équipe de hockey, on se demande si on ne se retrouve pas devant des éléphants blancs.

Ça s’est déjà vu aux Jeux olympiques...

Vivement Québec

En tout cas, c’est tout un show que donnent les patineurs longue piste.

On aura la chance d’en voir plus souvent avec la construction du nouveau centre de glaces de Québec.

L’érection du complexe devrait coûter autour de 68 millions. Il viendra se greffer aux deux patinoires existantes du Centre sportif de Sainte-Foy. On y retrouvera deux surfaces glacées au centre, dont une qui servira au patinage de vitesse, au patinage artistique ou à la ringuette par exemple.

Le centre sera moins grand que celui de Gangneung avec sa capacité d’environ 2500 spectateurs, mais comme les Québécois sont devenus une force internationale en matière de patinage longue piste, il devrait être pas mal plus occupé...

C’est « Bergie » qui va y passer de sacrées belles soirées.

Comment on fait pour sortir ?

J’ai été un des derniers à quitter l’Ovale après le 3000 mètres féminin.

Va savoir comment, je me suis retrouvé du mauvais côté de l’aréna, et je n’ai pas retrouvé la navette pour me ramener au village des médias.

Il a fallu que je sorte mon coréen (!) pour qu’on m’indique comment revenir au condo. OK, l’autocar que j’ai trouvé faisait une « run de lait », mais j’ai finalement pu rentrer me coucher aux petites heures du matin.

Les voyages forment la jeunesse, qu’ils disent. Je dois être en train de rajeunir...