/sports/jo
Navigation

«Une équipe à l’image de son entraîneuse»

Danièle Sauvageau
Photo CHANTAL POIRIER Danièle Sauvageau

Coup d'oeil sur cet article

GANGNEUNG | L’issue du tournoi olympique féminin se jouera probablement encore une fois entre les Canadiennes et les Américaines.

Danièle Sauvageau aime bien ce qu’elle a vu jusqu’ici de la formation dirigée par Laura Schuler.

« C’est une équipe à l’image de son entraîneuse. Une équipe bien rodée, intense, rapide et disciplinée. »

On a demandé à Sauvageau de nous tracer des parallèles entre les joueuses de la formation actuelle et celles qu’elle a eu le plaisir d’entraîner à l’époque.

« Quelle coïncidence. Je viens justement de procéder à cet exercice en compagnie de mes anciennes protégées Cassie Campbell et Cheryl Pounder (qui sont ici pour CBC). »

Ainsi, Marie-Philip Poulin sera heureuse d’apprendre que Sauvageau voit en elle des similitudes avec son ancienne capitaine Danielle Goyette.

« Danielle était une des meilleures patineuses au monde et elle mérite pleinement d’avoir été élue au Temple de la renommée. Marie-Philip n’a peut-être pas son coup de patin, mais elle me fait penser à elle en ce sens qu’elle joue calmement, qu’elle a de bonnes mains autour du filet et qu’elle sait se trouver au bon endroit au bon moment. »

Sauvageau voit aussi un rapprochement à faire entre Rebecca Johnson et Ouellette, du moins sur un point.

« Rebecca aussi a cette faculté d’être à la bonne place au bon moment », dit-elle.

À la Wickenheiser

Hayley Wickenheiser a été une autre grande joueuse de l’équipe canadienne.

« Il n’y a qu’une Wickenheiser, dit Sauvageau, mais Jennifer Wakefield a beaucoup de ressemblances avec Hayley. Elle est intense, très technique aussi. Quand elle va dans les coins de la patinoire, on a l’impression que c’est un train qui s’en vient. »

D’autres joueuses lui font penser à Cassie Campbell.

« Mélodie Daoust a le leadership d’une Campbell. Elle s’est remise de blessures qui auraient pu mettre sa carrière en péril. Elle en est à ses deuxièmes Jeux olympiques même si elle n’a jamais joué un match de championnat du monde. C’est exceptionnel. Mélodie est aussi une joueuse plaisante à côtoyer, comme l’était Cheryl Pounder.

« Lauriane Rougeau me fait aussi penser à Campbell, qui était une défenseure que j’ai amenée à l’avant. Lauriane joue bien dans son territoire mais elle peut aussi transporter la rondelle à l’avant », poursuit Sauvageau.

« Il y a aussi la jeune Laura Stacey qui me rappelle Stacey Wilson, la capitaine de l’équipe en 1998.

« À la défense, Catherine Ward et Geraldine Hayney étaient exceptionnelles. Laura Fortino est ce type de joueuse sûre qui peut être utilisée autant en désavantage numérique qu’en fin de match. »

Sur le même sujet