/sports/football/alouettes
Navigation

Luc Brodeur-Jourdain veut encore jouer

Luc Brodeur-Jourdain veut encore jouer
JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

À l’affût du grand remue-ménage qui se poursuit chez les Alouettes, Luc Brodeur-Jourdain compte bien conserver son poste avec le club montréalais en vue de la prochaine saison.

«Théoriquement, ça fait longtemps que je ne devrais plus être là, mais j’ai encore envie de jouer», a-t-il prononcé, jeudi, lors d’une conférence tenue à l’école Antoine-de-Saint-Exupéry, dans l’arrondissement de Saint-Léonard, en marge du lancement du programme «Ensemble à l’école» des Alouettes.

Brodeur-Jourdain expliquait alors que la durée moyenne d’une carrière d’un joueur de football professionnel, que ce soit dans la NFL ou dans la Ligue canadienne, est inférieure à trois ans. Le centre des Alouettes, lui, s’apprête à entamer sa 10e saison à Montréal.

«Je vais avoir 35 ans et je joue encore au ballon avec des amis pour gagner ma vie, a-t-il lancé, faisant rire les étudiants tout en notant l’importance de persévérer et d’avoir une passion. Mais je suis conscient que mon futur de joueur est très, très, très petit.»

Vision réaliste

Concrètement, Brodeur-Jourdain estime qu’il devra à nouveau faire ses preuves au prochain camp d’entraînement s’il veut conserver le poste de partant au centre de la ligne offensive.

«La réalité, c’est que je suis conscient de l’âge que j’ai et je suis conscient aussi de ce que les Alouettes doivent effectuer dans les années qui viennent, a-t-il dit. Nous étions l’équipe qui était la plus vieille, statistiquement, lors des trois dernières saisons et on a connu plusieurs insuccès. C’est un sport de jeunes. On a besoin de fougue. On a besoin de jeunes qui mangent du football et qui sont prêts à défier les vieux qui sont présents, en m’incluant.»

«Même si on pourrait dire que je fais partie du paysage, j’ai senti à chaque année que je devais me battre pour mon poste. Je n’ai jamais rien pris pour acquis tout au long de ma carrière.»

Un bon soldat

Également présent à l’événement, Patrick Boivin, président et chef de la direction des Alouettes, est venu appuyer les propos de Brodeur-Jourdain.

«Je ne suis pas là pour garantir un poste à qui que ce soit, mais Luc est très discipliné, c’est un vrai soldat et il va arriver au camp d’entraînement avec la seule et unique intention de garder son poste, a affirmé Boivin. C’est l’attente qu’on a envers lui aussi.»

La meilleure équipe possible

Toujours de façon aussi réaliste, Brodeur-Jourdain sait trop bien qu’il pourrait éventuellement former celui qui le remplacera un jour. Mais pour l’heure, tout ce qu’il souhaite, c’est que les Alouettes retrouvent le chemin de la victoire.

«Il y a aussi un rôle de mentorat que je devrai effectuer pour la relève, mais ce que je veux présentement, c’est d’avoir la meilleure équipe sur le terrain, a-t-il dit. Si je fais partie de la meilleure équipe sur le terrain, ça veut dire que je mérite ma place et c’est tout ce que je demande.»