/investigations
Navigation

Des dizaines d’accès à des sites pornos au ministère de la Santé

Une porte-parole dit que c’était entre autres pour des «raisons opérationnelles»

fonctionnaire-porno
Photo Chantal Poirier Les filtres installés sur le réseau du ministère de la Santé ont enregistré plusieurs dizaines d’accès autorisés à des sites pornos.

Coup d'oeil sur cet article

Alors que la plupart des ministères réussissent à empêcher les connexions à des sites pornographiques sur leurs réseaux, des dizaines d’accès ont été autorisés l’an dernier au ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec.

Ces données proviennent du Rapport détaillé par domaine de sites potentiellement pornographiques obtenu à la suite d’une demande d’accès à l’information.

Le document d’une vingtaine de pages répertorie les adresses de centaines de sites, parmi lesquelles Playboy.com, quebechot.com ou hqbigboobs.com.

« Sites légitimes »

Selon les données obtenues, 768 tentatives de connexion ont été bloquées l’an dernier par les filtres ministériels.

Mais 178 connexions autorisées ont été répertoriées dans la catégorie des sites pornographiques.

Une porte-parole du ministère, Marie-Claude Lacasse, a minimisé l’ampleur du phénomène en soulignant que le chiffre de 178 connexions autorisées inclut des sites qui peuvent avoir été répertoriés par erreur.

« Par conséquent, certains sites légitimes se retrouvent identifiés dans la catégorie pornographie », précise-t-elle dans un courriel.

Accès autorisés

Une analyse du Bureau d’enquête a permis de déterminer qu’au moins 73 de ces 178 accès autorisés sur le réseau informatique du ministère concernaient des sites pornographiques.

Ces résultats font de la Santé un cas à part. Des chiffres obtenus du ministère de la Justice, publiés le mois dernier par Le Journal, montrent qu’un seul accès à des sites pornographiques a été autorisé, tandis que 135 812 tentatives de connexion ont été bloquées.

Des demandes d’accès à l’information adressées à une dizaine d’autres ministères n’ont révélé aucun accès autorisé.

Selon Mme Lacasse, le ministère de la Santé a autorisé des accès à des sites pornographiques en vertu de sa « mission en services sociaux », notamment à du « personnel de la santé publique qui travaille à certaines études sur les infections transmissibles sexuellement (ITSS) ».

Le personnel en technologies de l’information peut également avoir accès à des sites pornographiques pour effectuer « certains tests d’accès pour des raisons opérationnelles, notamment pour vérifier le fonctionnement du filtrage web », a-t-elle indiqué.

Mme Lacasse a expliqué qu’autrement, il est interdit à tout le personnel d’accéder à des sites pornographiques par l’intermédiaire de son réseau informatique.

Sanctions

Tout en précisant qu’aucune sanction n’a été imposée l’an dernier, Mme Lacasse a déclaré que ces situations sont gérées « au cas par cas ». « Cela pourrait varier entre une suspension entre un et 10 jours, pouvant aller jusqu’au congédiement », a-t-elle dit.

Plusieurs facteurs vont déterminer la mesure disciplinaire, dont la fréquence de la consultation, s’il y a eu distribution ou téléchargement sur le poste de travail de l’employeur et s’il s’agit de la première fois qu’un tel accès est obtenu.

– Avec la collaboration de Marie Christine Trottier