/sports/football/alouettes
Navigation

Kyries Hebert quitte le nid et se joint au Rouge et Noir

Eskimos c. Alouettes
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Les Alouettes de Montréal ont déjà mieux paru que vendredi matin lorsqu’ils ont libéré le secondeur d'expérience Kyries Hebert, qui s’est entendu, plus tard dans la journée, avec le Rouge et Noir d’Ottawa.

Pour une deuxième année consécutive, l’organisation montréalaise se sépare ainsi de son joueur par excellence en défensive. Après Bear Woods en 2017, c’est au tour de Hebert de quitter le nid.

«Nos entraîneurs ont clairement dit qu’ils avaient un rôle pour Kyries. On lui a indiqué le rôle qu’il aurait eu et ce rôle n’a pas été accepté. J’ai du respect pour lui et pour tout ce qu’il a fait pour nous. Sa libération est regrettable», a commenté le directeur général des Alouettes, Kavis Reed, vendredi matin, dans le vestiaire des Alouettes au Stade olympique.

Le fait que les Alouettes aient accepté de libérer Hebert à ce moment-ci de l’année est encore plus curieux quand on sait que l’athlète de 37 ans avait touché un intéressant boni, le 1er février, en demeurant avec l’équipe. Pourquoi ne pas l’avoir libéré le 31 janvier au lieu de gaspiller ainsi cet argent?

«Bob et Andrew Wetenhall ont fait partie de la discussion, ils comprennent la situation», a brièvement répondu Reed, à ce sujet, faisant allusion à ceux qui sont respectivement propriétaire et directeur de l’équipe.

Montréal dans le coeur

Avant même l’annonce de sa signature à Ottawa, Hebert a tenu à remercier les gens de Montréal, autant en français, qu’en anglais, sur le réseau social Twitter.

«Merci à Bob et Andrew Wetenhall de m'avoir donné l'opportunité de faire partie d'une ville et d'une équipe qui resteront pour toujours dans mon cœur, a-t-il rédigé. À la ville de Montréal qui m'a adopté et a soutenu mes œuvres dans la communauté, à ceux qui n'étaient pas des partisans et qui m'ont accueilli comme un membre de leur famille, tout en me donnant l'impression d'être un vrai Montréalais, merci!»

«Montréal est mon chez-moi maintenant, je serai toujours actif dans la communauté», a-t-il ajouté.

De retour à Ottawa

Hebert aura porté les couleurs des Alouettes au cours des six dernières campagnes. La saison passée, il a totalisé 110 plaqués défensifs, un sommet personnel. Il avait d’ailleurs été le représentant de la section Est pour le titre de joueur défensif par excellence de la Ligue canadienne de football (LCF). Comme Woods l’année précédente.

Si Woods a gagné la Coupe Grey avec les Argonauts de Toronto en 2017, il sera intéressant de voir ce que fera Hebert avec le Rouge et Noir. Le secondeur effectue un retour à Ottawa, lui qui avait entamé sa carrière dans la LCF, avec les Renegades, en 2004 et 2005. L’Américain a également joué avec les Blue Bombers de Winnipeg et les Tiger-Cats de Hamilton avant son long et mémorable séjour à Montréal.