/sports/fighting
Navigation

Steve Bossé remplit ses promesses

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL - Steve Bossé voulait un K.-O. à son premier combat de boxe professionnel et il a atteint son objectif en assommant le Bolivien Julio Cuellar Cabrera au deuxième round d’un duel présenté au Casino de Montréal, jeudi dans le cadre d’un gala du Groupe Yvon Michel.

«C’est ce que je voulais. Je suis satisfait», a affirmé l’ancien homme fort de la Ligue nord-américaine de hockey.

«J’ai utilisé le premier round pour me mettre dans la game, a ajouté celui qui a aussi disputé plusieurs combats d’arts martiaux mixtes. Au deuxième j’ai commencé à le travailler au corps et ma main droite a finalement passé. Je l’ai bien connecté au visage.»

Cabrera (12-7-0, 11 K.-O.), qui avait visité le tapis au premier round, s’est effondré pour de bon 52 secondes après le second son de cloche. Bossé, qui souhaitait un affrontement un peu plus long pour faire l’étalage de ses talents de boxeur, n’était tout de même pas déçu de la tournure des événements.

«Il faut que je lance des coups et quand je touche, d’habitude le combat se termine», a-t-il dit, sourire en coin.

Le dernier combat du pugiliste de Saint-Jean-sur-Richelieu remontait à juin 2016, dans l’Ultimate Fighting Championship. Il n’a pas l’intention d’atteindre aussi longtemps avant d’enfiler les gants de nouveau. «J’ai déjà hâte au deuxième. La glace est brisée», a-t-il lancé.

«L’année dernière, j’aurais perdu»

Dans l’avant-dernier combat de la soirée, Marie-Ève Dicaire (11-0-0) a décroché le titre NABF des super mi-moyens en défaisant par décision majoritaire Marisa Gabriela Nunez (7-9-2).

Du propre aveu de la Québécoise, l’affrontement a été difficile. «Habituellement, tout ce que j’essaie fonctionne. Ce n’était pas le cas au cours des quatre premiers rounds, a-t-elle reconnu. C’était la première fois que je n’étais pas assez à l’aise pour faire ce que je voulais.»

Dicaire croit toutefois que cette leçon d’humilité lui servira dans le futur. «L’année passée, j’aurais perdu ce combat-là. J’aurais laissé mes émotions dans le ring, a-t-elle affirmé. La préparation psychologique est cruciale pour un athlète et ce combat, je l’ai gagné avec ma tête.»

Duel enlevant

Si Bossé et Dicaire faisaient office de têtes d’affiche, jeudi, le Trifluvien Mikael Zewski et le Mexicain Jose de Jesus Macias ont offert le meilleur spectacle de la soirée.

La foule s’est réellement animée après le dernier round explosif entre les deux hommes. Zewski (30-1-0, 22 K.-O.), visiblement à bout de souffle, a essayé d’échanger coup pour coup avec Macias (23-8-2, 12 K.-O.), qui semblait avoir les jambes pour enfiler encore quelques rounds.

«J’ai dû puiser dans mes ressources, a expliqué le Québécois après sa victoire par décision unanime. C’était un combat de seulement de huit rounds, mais des rounds comme ceux-là je n’en ai pas eu beaucoup dans ma carrière. C’est de l’expérience importante pour mon futur.»

Zewski a également soulevé le public en envoyant Macias au tapis au quatrième round et en le faisant chanceler au sixième.

En sous-carte, Jessica Camara (4-0-0), Yan Pellerin (1-0-0), Bruno Bredicean (10-0-0, 4 K.-O.) et Mazlum Akdenis (3-0-0, 1 K.-O.) ont aussi connu la victoire.