/finance/reer
Navigation

Emprunter pour cotiser à son REER ?

Coup d'oeil sur cet article

Ça dépend de la situation financière de votre ménage. Voici quelques conseils.

Plus d’un Québécois sur trois vit d’une paie à l’autre. Et le ratio d’endettement des ménages québécois est de 170%, c’est-à-dire que pour chaque dollar qu’ils gagnent, ils en doivent 1,70$. La dette moyenne des consommateurs québécois, excluant l’hypothèque, est de plus de 18 000$.

Dans ces conditions, pouvez-vous vous endetter davantage?

Peut-être, mais vous devez absolument vous qualifier pour un remboursement d’impôt. Et vous devez pouvoir assumer les paiements jusqu’au jour où vous recevrez cet argent. Si votre ratio d’endettement est de plus de 35% (le pourcentage de vos dettes totales mensuelles par rapport à votre revenu mensuel), les spécialistes suggèrent d’éviter un prêt REER.

Si votre endettement est très élevé, commencez par ramener le solde de vos cartes de crédit à zéro, chaque mois. S’il vous reste un peu d’argent, instaurez un virement automatique le jour de votre paie vers votre compte REER. Vous n’aurez pas à assumer l’intérêt d’un prêt REER, qui n’est pas déductible. N’oubliez pas qu’aujourd’hui, vous contractez une dette pour disposer de l’argent à la retraite, dans fort longtemps...

L’avantage d’emprunter

Par contre, il peut être avantageux d’emprunter pour cotiser à un REER, car les taux d’intérêt sont généralement très avantageux (si votre dossier de crédit est bon!).

De plus, tous les spécialistes s’entendent : a) vous devez rembourser le prêt rapidement possible (un an si possible); b) le remboursement d’impôt permet de rembourser le prêt et non d’acheter le nouveau iPhone ou de voyager dans le sud.

Autres avantages d’emprunter pour son REER :

  • profiter de l’effet levier pour acheter une résidence, dans le cadre du Régime d’accès à la propriété (RAP);
  • disposer des droits de cotisation REER non utilisés.

Dans ce dernier cas, le remboursement peut être étalé sur plusieurs années. Mais le taux d’emprunt doit être moins élevé que le rendement potentiel de votre placement, malgré les fluctuations des marchés financiers.

Enfin, on peut diminuer les frais d’intérêt d’un prêt REER en prêtant à son conjoint, à un taux très bas. Il faut toutefois se faire guider par un comptable pour bien appliquer les règles.

Attention! En cas de faillite, les sommes accumulées dans un REER sont insaisissables... sauf pour les cotisations effectuées moins de 12 mois avant la date de la faillite.

Un exemple

  • Supposons que vous gagnez plus de 42 000$ et que votre taux marginal d’imposition est de 30%. Vous empruntez 2500$ sur un an au taux de 4,75% : votre paiement mensuel sera de 220$ et vos intérêts totaliseront 140$.
  • Cette cotisation REER de 2500$ vous vaudra donc un remboursement d’impôt de 1000$. Au final, en retranchant les intérêts de 140$, 860$ serviront au remboursement du prêt.
  • Que rapporteront ces 2500$? Au bout de 25 ans, en supposant un rendement annuel de 6%, votre cagnotte s’élèvera à 10 730$.
  • Imaginez votre trésor de guerre si vous ajoutez chaque année 2500$ à votre REER d’ici votre retraite (et notre calcul exclue les intérêts composés)...