/weekend
Navigation

Fuguer pour une quête de liberté

Fuguer pour une quête de liberté
PHOTO COURTOISIE EVA-MAUDE TC

Coup d'oeil sur cet article

La création Invisibles, qui prendra l’affiche dans quelques jours au Théâtre La Licorne, met en lumière l’histoire d’une adolescente qui choisit de fuguer, croyant ainsi avoir accès à la liberté. Mais, c’est plutôt une vie d’itinérance, de misère et de violence qui se dessinera devant elle.

Qui n’a pas déjà entendu parler, surtout avec la nouvelle série Fugueuse, d’une jeune adolescente qui venait de fuguer ? De cette triste réalité, une pièce de Guillaume Lapierre-Desnoyers, mise en scène par Édith Patenaude, vient d’être créée qui, on l’imagine, interpellera les spectateurs. « Je me suis reconnue à travers cette fille », révèle la comédienne Noémie O’Farrell qui interprète Chloé, le personnage principal. « J’ai déjà vécu ce genre de pulsion de partir, mais étant bien encadrée, cela ne serait pas arrivé. »

Chloé a tout juste 15 ans, vient d’une bonne famille, vivant avec une mère, Lise (Josée Deschênes), qui est professeure. Bien qu’elle évolue dans des conditions plutôt aisées, elle a néanmoins opté pour la liberté en quittant sa mère et la vie que celle-ci lui offrait.

« Elle trouve que sa mère est superficielle et qu’elle est trop centrée sur les apparences, confie Noémie O’Farrell. Elle souhaite se désengager du système capitaliste. »

En mode survie

Croyant trouver mieux ailleurs, Chloé prendra la route vers les États-Unis en traversant la frontière à pied, de façon illégale, en utilisant des sentiers dans les bois. « Elle part dans un road trip vers le sud des États-Unis sans se soucier de ce qui l’attend », lance la comédienne. Elle voyagera sur le pouce, se laissant porter d’un truck-stop à l’autre. Si l’adolescente souhaitait trouver la liberté, elle comprendra que sans le sou, son rêve de liberté n’était qu’une illusion.

« Sa vie tourne autour de trouver à manger et un endroit où dormir, explique Noémie O’Farrell. Elle est aussi d’une grande naïveté. »

Cette naïveté et son statut d’itinérante feront d’elle une victime d’abus et de violence. « Il y aura des actes de prostitution », annonce-t-elle.

Alors qu’elle se trouvait invisible face à sa mère dans la vie qu’elle a laissée derrière, voilà qu’elle deviendra invisible et ignorée dans cette société.

Pendant ce temps, on verra la mère s’inquiéter et s’impliquer de près avec un enquêteur (Steve Laplante).

« Malgré sa vie difficile, elle n’a pas envie de renouer avec sa mère, révèle la comédienne. Pour elle, c’est un point de non-retour. »

Amitié

Heureusement pour elle, sur sa route semée d’embûches, vivant en marge de la société, elle fera la connaissance d’une autre adolescente, Stacy, une Américaine (Alice Moreault) qui a aussi fugué. Les deux adolescentes pourront se soutenir l’une l’autre.

« Ce n’est pas une pièce bonbon, mais on y retrouve tout de même une brèche de lumière », conclut-elle.

Invisibles

Auteur : Guillaume Lapierre-Desnoyers

Mise en scène : Édith Patenaude

Distribution : Josée Deschênes, Steve Laplante, Alice Moreault et Noémie O’Farrell.

Du 19 février au 16 mars

Au Théâtre La Licorne (salle intime)