/sports/racing
Navigation

Gagner à tout... prix

Le Daytona 500 n’est pas une course comme les autres

Kurt Busch a prouvé l’an passé que les négligés avaient aussi des chances de remporter le Daytona 500.
Photo d’archives Kurt Busch a prouvé l’an passé que les négligés avaient aussi des chances de remporter le Daytona 500.

Coup d'oeil sur cet article

DAYTONA BEACH | Le Daytona 500 est décrit comme le « Super Bowl » du stock-car, à la différence que, contrairement au football américain de la NFL, cette Classique annuelle n’est pas l’étape ultime d’une longue saison, mais plutôt la première.

C’est la course que tout pilote rêve de gagner pour voir son nom gravé sur un trophée qu’ont soulevé de grandes légendes de la spécialité.

En fait, on ne se souviendra de vous que si vous paradez dans le cercle du vainqueur. C’est comme se classer deuxième aux 500 Milles d’Indianapolis ou terminer au quatrième rang dans une compétition olympique.

Ainsi, les pilotes n’hésiteront pas à prendre des risques en fin de parcours pour parvenir à ce but ultime. Comme il s’agit de la première des 26 étapes de la saison régulière, les points au championnat n’ont pas vraiment d’importance.

Somme toute, le spectacle est garanti. Les 40 partants vont animer des pelotons musclés pendant près de quatre heures, parfois à trois voitures de large, et ce, à des vitesses excédant les 300 km/h.

Ce qu’il faut retenir

Trois segments : Même si le Daytona est une course d’exception, elle permet aux pilotes d’inscrire des points en prévision des séries éliminatoires et, comme toutes les autres étapes de la saison, elle est divisée en trois segments qui, dimanche, seront d’une distance de 60, 60 et 80 tours. Les premières étapes sont interrompues par un drapeau jaune et la dernière se termine évidemment lorsque le drapeau à damier est agité. Le signal du départ sera donné vers 14 h 45 dimanche.

Pas un gage de succès : Réussir le chrono le plus rapide lors de la séance de qualifications (tenue la semaine dernière) ne semble pas porter chance à son auteur, pas du moins depuis 18 ans. Et ce n’est peut-être pas une bonne nouvelle pour Alex Bowman qui dominera le peloton dimanche lorsque le drapeau vert sera déployé. Dale Jarrett est en effet le dernier pilote (en 2000) à avoir remporté le Daytona 500 après s’être élancé de la position de tête.

Deux en deux : Gagner le Daytona 500 deux années consécutives n’est pas commun. Il faut en effet remonter à 1995 pour voir un pilote, Sterling Marlin, accomplir l’exploit. Par ailleurs, Jimmie Johnson est le seul pilote actif à avoir paradé deux fois dans le cercle du vainqueur en février à Daytona. S’il renoue avec la victoire, il rejoindra Bobby Allison, Gordon et Jarrett qui ont gagné trois fois cette course prestigieuse. À ce chapitre, Richard Petty est le meneur avec 7 devant Cale Yarborough (4).

Un Canadien au départ : D.J. Kennington deviendra dimanche le premier pilote canadien à participer au Daytona 500 deux années d’affilée depuis Trevor Boys, qui, lui, y a pris part de 1984 à 1988 sans interruption. Le Torontois avait été contraint à l’abandon l’an dernier après avoir été entraîné dans un accident impliquant plusieurs bolides au 127e tour.

 

La grille de départ du Daytona 500

1. Alex Bowman (Hendrick, Chevrolet)
2. Denny Hamlin (Joe Gibbs, Toyota)
3. Ryan Blaney (Penske, Ford)
4. Chase Elliott (Hendrick, Chevrolet)
5. Joey Logano (Penske, Ford)
6. Kevin Harvick (Stewart-Haas, Ford)
7. Darrell Wallace Jr. (Richard Petty, Chevrolet)
8. Erik Jones (Joe Gibbs, Toyota)
9. Ricky Stenhouse Jr. (Roush Fenway, Ford)
10. Clint Bowyer (Stewart-Haas, Ford)
11. Kurt Busch (Stewart-Haas, Ford)
12. Kyle Busch (Joe Gibbs, Toyota)
13. Ryan Newman (Richard Childress, Chevrolet)
14. Austin Dillon (Richard Childress, Chevrolet)
15. David Ragan (Front Row, Ford)
16. Paul Menard (Wood Brothers, Ford)
17. Daniel Suarez (Joe Gibbs, Toyota)
18. Trevor Bayne (Roush Fenway, Ford)
19. Jamie McMurray (Chip Ganassi, Chevrolet)
20. A.J. Allmendinger (JTG Daugherty, Chevrolet)
21. Chris Buescher (JTG Daugherty Chevrolet)
22. Michael McDowell (Front Row, Ford)
23. Ty Dillon (Germain, Chevrolet)
24. Martin Truex Jr. (Furniture Row, Toyota)
25. Brendan Gaughan (Beard, Chevrolet)
26. Kasey Kahne (Leavine Family, Chevrolet)
27. Jeffrey Earnhardt (StarCom, Chevrolet)
28. Danica Patrick (Premium, Chevrolet)
29. Justin Marks (Rick Ware, Chevrolet)
30. D.J. Kennington (Gaunt Brothers, Toyota)
31. Brad Keselowski (Penske, Ford)
32. Corey LaJoie (TriStar, Chevrolet)
33. William Byron (Hendrick, Chevrolet)
34. Gray Gaulding (BK, Toyota)
35. Jimmie Johnson (Hendrick, Chevrolet)
36. Matt DiBenedetto (Go Fas, Ford)
37. Aric Almirola (Stewart-Haas, Ford)
38. Kyle Larson (Chip Ganassi, Chevrolet)
39. David Gilliland (RBR, Ford)
40. Mark Thompson (Phoenix, Air Ford)