/sports/jo
Navigation

Patinage de vitesse courte piste: Samuel Girard remporte l'or au 1000 m à Pyeongchang

Coup d'oeil sur cet article

GANGNEUNG  |  Dans les rues et la cour d’école de Ferland-et-Boilleau, on marchera désormais les épaules carrées et la tête relevée. Samuel Girard est devenu pour toujours le premier enfant champion olympique de cette municipalité, samedi, en s’adjugeant la médaille d’or à l’épreuve de 1000 m en patinage de vitesse sur courte piste.

Dans un Palais des glaces de Gangneung rendu électrique par 12 000 spectateurs rangés derrière leurs deux favoris sud-coréens, Yira Seo et Hyojun Lim, un jeune foin de 21 ans originaire du Saguenay s’est approprié le rôle principal en finale. Il a appliqué une règle non écrite disant qu’une course, ça se gagne en restant devant.

Dès qu’il a franchi la ligne d’arrivée, il a levé les poings en l’air avant de sauter dans les bras de l’entraîneur-chef de l’équipe masculine, Derrick Campbell. Puis, il a pointé les siens dans les gradins, dont son père et sa mère, avant de se napper du drapeau canadien.

À 13 000 km de cette scène, on entendait d’ici les « lâ-lâ-lâ » typiques de l’accent saguenéen saluant leur nouvel enfant chéri.

« Même si ça demande un peu plus d’énergie de me mettre en avant, c’était la dernière course de la journée, alors je me suis dit : on y va pour une médaille. À la fin, les jambes, je ne les sentais plus. Même si ça faisait mal, je suis demeuré focus jusqu’à tant que les deux bras soient dans les airs », a exprimé Girard, d’un calme curieusement olympien quelques minutes après son sacre.

Passation des pouvoirs

Aucun autre patineur canadien n’avait encore remporté une médaille d’or olympique à cette épreuve de 1000 m. En venant la chercher sur le territoire d’une des puissances mondiales de la courte piste, Girard a confirmé que la passation des pouvoirs entre le patron de l’équipe canadienne, Charles Hamelin, et lui, peut maintenant s’opérer.

Triste coup du sort pour le vénérable Hamelin, un contact avec Girard lui a valu une pénalité en demi-finale. Il venait de dire adieu au seul podium olympique qui lui manquait dans les trois disciplines individuelles, et, du coup, son dauphin a été promu à la finale même s’il venait de rater les deux premières places y donnant accès.

Plus tard, après la consécration de la recrue, Hamelin l’a enlacé.

« Il m’a dit : “Good job, you got this”, a rapporté le champion. Je sais qu’il aurait aimé avoir cette médaille d’or là. Il est content que moi je l’aie. Ça a été vraiment un beau moment qu’il soit là. Comme on dit, c’est un peu de passer le flambeau. C’est un peu ce que disait l’image avec lui et moi dans ses bras. »

Nouveau statut à gérer

Un an après avoir pris le troisième rang au classement cumulatif des championnats mondiaux aux Pays-Bas, Girard accède maintenant pour de bon à l’élite internationale de son sport. Si on l’a vu maîtriser une course à l’enjeu si important, on se dit qu’il pourra aussi gérer son nouveau statut de champion olympique.

« Je suis venu ici dans l’optique d’apprendre. C’était mon but premier. Avoir une médaille, c’était l’objectif ultime. Je pense que la médaille démontre que ce que j’ai appris était bon, que c’était vraiment bon pour gagner une course. »

Ferland-et-Boilleau n’est plus un simple point sur le globe...

 

Résultats

Finale 1000 m Hommes

1-Samuel Girard, Canada, 1 m 23,894 s

2-John-Henry Krueger, É.-U., 1 m 24,187 s

3-Yira Seo, Corée du Sud, 1 m 24,053 s

4-Hyojun Lim, Corée du Sud, 1 m 23,971 s

5-Shaolin Sandor Liu, Hongrie, pén.

Finale 1500 m Femmes

1-Minjeon Choi, Corée du Sud, 2 m 24,948 s

2-Jinyu Li, Chine, 2 m 25,703 s

3-Kim Boutin, Canada, 2 m 25,834 s

4-Alang Kim, Corée du Sud, 2 m 25,941 s

5-Jorien ter Mors, Pays-Bas, 2 m 25,955 s

6-Petra Jaszapati, Hongrie, 2 m 26,138 s

7-Arianna Fontana, Italie, 2 m 27,475 s

 

Une rue à son nom ?

 

« Avec cette médaille d’or, je vais pouvoir augmenter le coût de son  loyer ! »

Dominic Dallaire aura désormais un champion olympique comme voisin du haut de sa maison à Montréal. Dans une section du Palais des glaces de Gangneung, cet ami de la famille de Samuel Girard a assisté sur place à son couronnement en compagnie de ses parents.

Après la quatrième place crève-cœur au 1500 m, une semaine plus tôt, le « fan club Samuel Girard » a cette fois trouvé une récompense valable au déplacement aller-retour de trois heures en train entre Séoul et Gangneung qu’ils se tapent à chaque programme de courses.

Sa mère « dépassée »

Pour voir de plus près leur fils recevoir sa médaille d’or au centre de la glace, Martine Bouchard et Grégoire Girard ont défié le protocole et quitté leurs sièges au haut du Palais des glaces.

« Fierté. Je suis dépassée », a lancé comme première phrase la mère.

« Je dirais grand triomphe, grosse victoire, c’était super beau, ajouté le papa sans retenue. On se disait que le voir en finale A, on serait très content. Mais là, aller chercher l’or en plus, on ne pouvait pas demander mieux. »

Au diable l’objectivité, Grégoire Girard, qui siège comme conseiller à la municipalité de Ferland-et-Boilleau, a laissé entendre que le champion olympique pourrait faire l’objet d’une fête avant longtemps. Une rue en son honneur ?

« Il n’y en a pas beaucoup des rues ! a répondu Samuel à notre suggestion. Ce sera aux citoyens de décider. »