/finance/reer
Navigation

REER 101

REER 101
Illustration Nathalie Samson

Coup d'oeil sur cet article

Connaissez-vous réellement le REER ? Le REER fêtait ses 60 ans l’an dernier. En mars 1957, le gouvernement de Louis St-Laurent modifie la Loi fédérale de l’impôt sur le revenu pour créer un nouvel outil d’épargne, révolutionnaire, qui visait clairement la classe moyenne d’après-guerre.

Il permet aux contribuables de déposer de l’argent dans des régimes d’épargne individuels, pour sa retraite. Les citoyens bénéficient ainsi des mêmes avantages que les caisses de retraite des employeurs.

La première année, le régime était plafonné à 10% du revenu gagné au cours d’une année, jusqu’à un plafond de 2500$ (18% et 26 230$ en 2018). Les premiers 172 000 cotisants ont accumulé environ 27 millions de dollars. En 2014, 23% de la population a cotisé plus de 38,6 milliards de dollars. Selon statistique Canada, 35% des ménages canadiens ont cotisé à un REER en 2015.

En 2013, au Québec, 24,8% des contribuables (environ 1,5 million de personnes) ont contribué à un REER, pour une cotisation médiane de 2650$.

Les actifs accumulés dans l’ensemble des REER de tous les Canadiens totalisaient 959 milliards en 2013, mais droits de cotisation inutilisés atteignaient 885 milliards ! Pourtant, seulement 23,8% des travailleurs canadiens bénéficient d’un régime de retraite de leur employeur, selon l’Institut Fraser. Le REER s’impose plus que jamais.

Comment ça marche ?

Le REER n’est pas un placement, mais un véhicule d’épargne. Il permet, chaque année, d’épargner tout en obtenant un allégement fiscal immédiat en déduisant de vos revenus vos cotisations à votre REER. Les revenus de vos placements réalisés dans un compte REER sont à l’abri de l’impôt tant que vous n’effectuez aucun retrait.

En fait, le REER est un report d’impôt à la retraite, où vos revenus sont censés être moindres (d’où l’avantage fiscal). La Loi prévoit que vous devez convertir votre REER en FERR (Fonds enregistré de revenu de retraite) ou acheter une rente au cours de l’année de votre 71e anniversaire.

Vous pouvez donc cotiser à votre REER jusqu’à cette date. Après, vous aurez à effectuer des retraits obligatoires de votre FERR selon un pourcentage variant avec l’âge. Retraits de REER, de FERR et de rente demeurent imposables.

La mécanique d’un REER

  • Vous pouvez cotiser jusqu’à 18% de votre revenu gagné dans une année, jusqu’à un plafond de 26 010$ en 2017 et 26 230$ en 2018.
  • Les cotisations inutilisées s’accumulent et sont indiquées dans votre avis de cotisation de l’an dernier.
  • Si vous bénéficiez d’un régime de retraite d’employeur, ce plafond est réduit selon un facteur d’équivalence indiqué sur votre feuillet T4 annuel.
  • On ouvre un compte REER dans une banque, fiducie, caisse populaire, société de fonds commun de placement ou assureur vie.
  • Placements autorisés: obligations gouvernementales ou corporatives, fonds communs de placement, FNB, actions, argent compte, lingots d’or ou d’argent.
  • Placements inadmissibles: métaux précieux, œuvres d’art, actions de votre propre entreprise.
  • On peut gérer soi-même ou avec un conseiller financier son REER avec un REER autogéré. Mais vous devrez maîtriser un minimum de connaissances financières, garder la tête froide quand les marchés financiers fluctuent et consacrer du temps à vos placements.