/news/health
Navigation

Il rêve de remonter sur sa moto

Victime d’un grave accident qui a failli le laisser paralysé, le jeune homme lance un message de persévérance

Samuel Ducharme accident motocross
Photo courtoisie  Samuel Ducharme s’est réveillé à l’hôpital avec deux vertèbres fracturées et une fissurée.

Coup d'oeil sur cet article

Un jeune homme des Laurentides s’accroche à son rêve de pouvoir retrouver les pistes de motocross après un grave accident qui aurait pu lui coûter la vie, deux fois plutôt qu’une.

« Je n’étais plus capable de bouger. Je sentais le sang dans ma bouche, confie Samuel Ducharme, 18 ans. J’étais convaincu que je ne serais plus jamais capable de marcher. »

Le 29 juillet dernier, lors d’un entraînement en vue d’une compétition de motocross à Desbiens, au Saguenay-Lac St-Jean, il est atterri sur la tête après avoir raté la réception d’un saut.

La roue avant de sa moto a été déstabilisée lors du contact avec le sol et l’engin a terminé sa course sur l’adolescent.

« Mon pouls a rapidement faibli. Après avoir été installé dans l’ambulance, je ne me souviens plus de rien », raconte-t-il.

Résultat après son réveil à l’hôpital : deux vertèbres fracturées, une autre fissurée, accompagnées d’une longue liste de médicaments pour sa réhabilitation.

Le jeune homme avait participé à plusieurs courses avant son accident.
Photo tirée de Facebook
Le jeune homme avait participé à plusieurs courses avant son accident.

Pensées sombres

Les médecins ont choisi de ne pas l’opérer dans l’immédiat et, avec sa famille, il est retourné à la maison à Saint-Hippolyte.

« Il n’acceptait pas sa condition. Dans le premier mois, je devais l’aider pour tout », soutient sa mère, Marie-Julie Ballard.

« Je ne pensais pas m’en sortir. Je me disais qu’à 18 ans, je ne serais plus jamais capable de faire certaines choses. J’ai envisagé de me suicider », glisse Samuel.

Sa joie de vivre s’était évaporée, selon sa famille. « C’est dur comme parents de voir son enfant comme ça. », note Alain Ducharme, son père.

Entouré de ses parents, Marie-Julie et Alain, Samuel espère pouvoir reprendre le guidon de sa moto.  
Photo Axel Marchand-Lamothe
Entouré de ses parents, Marie-Julie et Alain, Samuel espère pouvoir reprendre le guidon de sa moto.  

Remonter à moto

Le support indéfectible de ses proches lui a permis de reprendre graduellement certaines activités.

S’il a recommencé à travailler et envisage un retour aux études, il ne peut plus s’entraîner en gymnase comme avant.

« J’ai des douleurs persistantes au dos. J’ai encore des picotements et des engourdissements par moment », mentionne le jeune homme.

Loin de s’apitoyer sur son sort, il souhaite avant tout lancer un message de persévérance.

« Je me compte chanceux d’être en vie et de ne pas être paralysé. On peut passer au travers, c’est ce qui est important », avance-t-il.

Son prochain défi sera de réapprivoiser la moto avec laquelle il a chuté.

« Quand je la vois, je repense à mon accident. J’en fais encore des cauchemars. En même temps, je veux remonter dessus. Je me donne un an pour reprendre la compétition », affirme Samuel, qui fait du motocross depuis sa tendre enfance.

Elle a été remise en état et trône fièrement au milieu de la salle à manger de la résidence familiale.

« Ça nous rappelle que la vie est tellement fragile », souffle finalement Mme Ballard.