/sports/hockey/homepage
Navigation

Les petits Sags obtiennent leur revanche

Les petits Saguenéens de Chicoutimi ont enfin pu soulever le gros trophée au Tournoi pee-wee, un an après avoir subi la défaite dans cette même finale.
photo stevens leblanc Les petits Saguenéens de Chicoutimi ont enfin pu soulever le gros trophée au Tournoi pee-wee, un an après avoir subi la défaite dans cette même finale.

Coup d'oeil sur cet article

Défaits en finale de la classe AA-Élites l’an dernier face aux Tigres de Victoriaville, les petits Saguenéens de Chicoutimi ont pris leur revanche dimanche, en l’emportant 3-1, cette fois face à l’Armada de Blainville-Boisbriand, pour mettre la main sur le titre.

De l’édition qui s’était inclinée l’an dernier, un seul joueur était de retour avec les petits Saguenéens : l’attaquant Eliott Simard, et le « vétéran » a pris les choses en main.

Avec son équipe en arrière 1-0 en troisième période et en situation de désavantage numérique, Simard a soutiré la rondelle à son adversaire à sa ligne bleue puis s’est échappé devant le gardien de l’Armada Marc-Antoine Lemay pour le déjouer entre les jambières.

« Il l’avait vécu l’an dernier et il en parlait depuis le début de l’année que c’était crève-cœur et qu’il ne voulait pas revivre ça », a raconté l’entraîneur des petits Sags, Jonathan Fleury.

« Les gars étaient brûlés. C’est un gros tournoi et on a déjà fait cinq aller-retour depuis une semaine et demie. Il fallait une étincelle, car, même si on essayait de la créer, ça devait venir d’eux. C’est le vétéran qui l’a créée et ç’a décollé par la suite. À partir de là, on y a cru », a-t-il ajouté.

Le capitaine Vincent Collard a marqué le but victorieux en fin de troisième et Olivier Flageole a complété dans un filet désert.

FIERTÉ

De son côté, le jeune Simard disait mission accomplie. « Je suis fier de m’être repris. L’an dernier, je m’étais dit que j’allais me reprendre et que j’apprendrais de cette expérience. »

En plus d’Eliott Simard, l’entraîneur Fleury a également louangé le travail de son gardien de but, Guillaume Brassard, qui a eu à se dépasser à plusieurs reprises afin de permettre à sa formation de demeurer dans la rencontre.

« Il a fait toute une job », a-t-il concédé.