/sports/ski
Navigation

«On est avec toi Laurie!»

Rassemblement pour supporter Laurie Blouin
Photo Arnaud Koenig-Soutière Laurie Blouin a pu compter sur des fans enthousiastes et bruyants pour l’encourager, dimanche soir, alors qu’ils étaient près d’une centaine à s’être réunis dans un bar de Québec.

Coup d'oeil sur cet article

La planchiste Laurie Blouin avait beau s’élancer de l’autre côté de la planète pour le Big Air à Pyeongchang, dimanche, elle s’est néanmoins invitée parmi les dizaines de personnes réunies à Québec pour l’encourager.

« Dès que j’ai commencé à l’entraîner quand elle avait 13 ans, j’ai su qu’elle pourrait se rendre aux Jeux », affirme sans se cacher son entraîneur Max Hénault, à quelques minutes du début de la compétition.

Il est interrompu quelques instants plus tard par un appel vidéo. « C’est elle, je dois lui parler ! » lance-t-il.

L’entraîneur et sa protégée ont répété l’exercice maintes fois depuis le début des Jeux olympiques, notamment entre chaque descente lors de l’épreuve du slopestyle, où la planchiste a décroché la médaille d’argent.

Puis, Max Hénault ressurgit quelques minutes plus tard. Cellulaire à la main, il s’arrête de personne en personne, la planchiste de 21 ans à l’écran.

« On est avec toi Laurie ! » lui lancent plusieurs proches.

Tous ne la revoient qu’une heure plus tard, à la télévision, alors qu’elle se hisse en tête dès son premier saut, le début d’une soirée où elle obtiendra son billet pour la finale.

Laurie Blouin
Photo Ben Pelosse
Laurie Blouin

L’un ou l’autre

Laurie Blouin a marqué les esprits au début des Jeux. Quelques jours après avoir trébuché solidement à l’entraînement, elle a remporté l’argent au slopestyle.

« C’est sûr que ç’a été stressant. Heureusement, sa tête n’a pas cogné trop fort, et elle n’a eu qu’une petite commotion. Elle était correcte pour la compétition », soutient son entraîneur, qui est également propriétaire du centre Maximise, où il conduit les entraînements de la jeune olympienne.

Si le slopestyle est la discipline de prédilection de Blouin, ses chances de médailles au big air ne sont pas en reste, croit son entraîneur, qui garantit un bon spectacle pour la finale.

« On s’est entraîné tout l’été pour son saut qui est prévu en finale. On y va pour gagner », clame-t-il.

Distinction assurée

Laurie Blouin saura plus tard cette semaine si elle rentrera au pays avec deux médailles au cou, alors que la finale du Big Air ne se tiendra que jeudi.

Elle est néanmoins assurée de recevoir une seconde distinction, puisque la Ville de Stoneham entend l’honorer dès son retour en sol canadien.