/sports/jo
Navigation

Pyeongchang: Laurie Blouin en finale du «big air»

Coup d'oeil sur cet article

Une semaine exactement après avoir remporté la médaille d’argent à l’épreuve de slopestyle, la planchiste Laurie Blouin était de retour en piste pour les qualifications de Big Air, dimanche soir (heure du Québec), aux Jeux olympiques de Pyeongchang. La Québécoise a pris le quatrième rang au terme des deux manches de la compétition, s’assurant d’une place pour la finale de jeudi soir.

«Je suis vraiment contente. On dirait que je ne sentais pas que j’étais aux Olympiques. J’étais dans un bon mood. J’étais ici pour me faire du fun et c’est ce que j’ai fait», a mentionné Blouin.

Grâce à un premier saut, un cab 9 double underflip qui lui a valu 90,25 points, l’athlète de Stoneham a même pris la tête de la première manche. Elle a ensuite obtenu 92,25 points pour la même manœuvre à son deuxième passage en piste. «Je voulais aller plus gros dans mon deuxième pour aller chercher plus de points et ç’a marché. »

Championne du monde en titre, l’Autrichienne Anna Gasser a toutefois sorti l’artillerie lourde en deuxième manche en récoltant 98 points pour prendre la tête de la compétition. Les Japonaises Yuka Fujimori (94, 25 points) et Reira Iwabushi (92,75 points) se aussi faufilées devant Blouin.

Une médaille qui donne des ailes

Après avoir reçu sa médaille et participé aux rencontres médiatiques de circonstance la semaine dernière à la suite de sa conquête de l’argent en slopestyle, Laurie Blouin s’est remise rapidement à l’entraînement afin de se préparer pour le Big Air. Une médaille ne change peut-être pas le monde, mais elle lui a donné une bonne dose de confiance pour sa quinzaine olympique.

La Québécoise l’a senti en haut de la piste, lundi. «J’avais un peu moins de stress et ç’a aidé un peu. J’étais en haut et j’écoutais "Man! I Feel Like a Woman!" avant de descendre et j’étais juste vraiment contente.»

Après avoir affronté les sauts et les rampes dans des conditions venteuses, les compétitrices ont pu profiter de conditions climatiques plus clémentes pour le Big Air. «Les conditions sont vraiment belles, c’est sûr que ça aide. Le saut est beau. Il est bien construit. L’atterrissage est long alors tu peux aller haut et le saut en tant que tel est vraiment gros.»

Onzième, la Britanno-Colombienne Spencer O’Brien sera aussi de la finale qui regroupera les 12 meilleures des qualifications. Autre Canadienne en action, l’Albertaine Brooke Voigt s’est quant à elle classée 17e.

L’épreuve de Big Air est présentée pour la première fois aux Jeux olympiques. Un ajout bienvenu pour 2018 après l’arrivée du slopestyle à Sotchi. « C'est plus facile à pratiquer, car tu as juste un saut. Tu peux pratiquer cette discipline n’importe où tu peux avoir un saut qui a de l’allure », a confirmé Blouin.

La finale sera présentée vendredi matin au Centre de saut à ski d'Alpensia à Pyeongchang et le calibre s’annonce relevé. «C’est bien de voir les filles qui réussissent d’aussi gros trucs. Ça va être une grosse finale et ce sera cool à regarder», a prévenu Laurie Blouin.

Pour l'occasion, la Québécoise garde dans sa manche un nouveau saut. Ce qui ne changera pas, c’est que ce sera toujours Shania Twain qui résonnera dans ses oreilles juste avant qu’elle s’élance.