/lifestyle/health
Navigation

Reflux gastriques: cancérigènes

Woman has reflux acid
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

En plus de hausser le risque de cancer de l’œsophage, une étude rapporte que les reflux gastro-œsophagiens chroniques doublent le risque de développer des cancers des voies digestives supérieures, en particulier celui du larynx.

Les reflux gastro-œsophagiens, communément appelés « brûlements d’estomac », sont un problème très répandu et une cause fréquente de consultation médicale. Comme son nom l’indique, ce phénomène est causé par une remontée anormale du contenu acide de l’estomac dans l’œsophage, ce qui cause des symptômes désagréables comme une sensation de brûlure et des régurgitations acides. Dans les cas les plus graves, des reflux chroniques peuvent à la longue endommager la paroi de l’œsophage et causer diverses complications, comme un rétrécissement œsophagien, une inflammation chronique (œsophagite) et le développement de l’endobrachyœsophage, mieux connu sous le nom d’œsophage de Barrett.

Cancer de l’œsophage

L’apparition d’un œsophage de Barrett en réponse à la présence de reflux gastro-œsophagiens chroniques est particulièrement inquiétante, car cette condition est associée à une augmentation phénoménale (de 30 à 60 fois) du risque d’adénocarcinome de l’œsophage, la principale forme de cancer qui touche cet organe. L’exposition répétée des cellules présentes à la jonction estomac-œsophage à l’acidité gastrique provoque un remplacement (métaplasie) du tissu œsophagien normal par une muqueuse de type intestinal, cette dernière pouvant par la suite évoluer en adénocarcinome. Bien qu’assez rare, le cancer de l’œsophage a plus que sextuplé depuis 40 ans, et représente actuellement l’un des cancers dont la progression est la plus fulgurante.

Les raisons de cette augmentation demeurent mal comprises, mais il est certain qu’une hausse de cette magnitude dans un aussi court laps de temps indique qu’elle est nécessairement causée par des changements au mode de vie et non des facteurs génétiques. En ce sens, il faut noter que plusieurs études montrent que l’obésité est un important facteur de risque de cancer de l’œsophage (et de l’œsophage de Barrett), et il est fort probable que la forte augmentation du nombre de personnes en surpoids au cours des dernières décennies contribue à cette hausse d’incidence des adénocarcinomes œsophagiens.

Cancers de la tête et du cou

Dans certains cas, les reflux acides provenant de l’estomac peuvent remonter très haut dans l’œsophage et atteindre les voies digestives supérieures au niveau de la tête et du cou (gorge, sinus). Pour déterminer si ces reflux pouvaient également affecter le risque de cancer des organes présents dans cette région, une équipe de scientifiques a examiné les dossiers médicaux de 13,805 personnes âgées de de 66 à 99 ans qui avaient été diagnostiquées avec un cancer dans cette région (larynx, hypopharynx, oropharynx, amygdales, nasopharynx et sinus paranasaux) et les ont comparés à ceux provenant d’individus sans historique de cancer.

Ils ont observé que les personnes qui souffraient de reflux gastro-œsophagiens chroniques étaient beaucoup plus à risque de développer un cancer du larynx (hausse de 300 %) du pharynx et des amygdales (hausse de 200 %) et des sinus (hausse de 40 %). Comme pour l’œsophage, il semble donc que l’inflammation chronique de ces organes causée par la présence de contenu gastrique acide provenant de l’estomac puisse causer des dommages cellulaires qui favorisent l’apparition de cellules transformées qui peuvent par la suite évoluer en cancers.


(1) Riley CA et coll. Association of gastrœsophageal reflux with malignancy of the upper aerodigestive tract in elderly patients. JAMA Otolaryngol Head Neck Surg., publié en ligne le 21 décembre 2017.

 

Plus qu’une simple nuisance, les reflux gastro-œsophagiens doivent donc être considérés comme des agresseurs inflammatoires et cancérigènes qui ont le potentiel de favoriser le développement de tumeurs au niveau de l’ensemble des voies digestives supérieures. Dans plusieurs cas, il est cependant possible de réduire la fréquence et/ou l’intensité de ces reflux par de simples modifications au mode de vie :

  • Les reflux étant plus fréquents la nuit (en position couchée, la gravité ne peut contrecarrer la montée d’acide), il est recommandé de souper plus tôt et de manger moins pour favoriser la vidange de l’estomac avant d’aller au lit.
  • Certains aliments sont connus pour relâcher la pression du sphincter œsophagien inférieur et donc de favoriser la remontée du contenu gastrique, par exemple les aliments riches en gras, le café et l’alcool. Des mets très acides (tomates, jus d’agrumes, boissons gazeuses) peuvent aussi causer des reflux gastriques chez plusieurs personnes.
  • Maintenir autant que possible un poids santé : tel que mentionné auparavant, l’obésité est un important facteur de risque de reflux gastro-œsophagien.