/world/america
Navigation

Un important chef de gang brésilien assassiné

Coup d'oeil sur cet article

RIO DE JANEIRO | Un des principaux chefs de gang criminel du Brésil, impliqué notamment dans le trafic de cocaïne, a été assassiné avec un de ses hommes, ont rapporté dimanche plusieurs médias brésiliens.

Rogério Jeremias de Simone, un des leaders du Premier Comando de la Capitale (PCC), une organisation criminelle née dans les prisons de Sao Paulo, a été retrouvé mort au Ceara (nord-est), ont indiqué ces médias.

Les autorités de l’État du Ceara ont confirmé à l’AFP la découverte de deux cadavres vendredi dans une réserve indienne, qui n’ont pas encore été identifiées.

Citant un procureur de Sao Paulo, le site d’information UOL a affirmé qu’il s’agissait des corps de Rogério Jeremias de Simone, dit Gegê do Mangue, et d’un de ses comparses, Fabiano Alves de Souza.

D’après le site G1, ils ont été tués d’un tir dans la tête et un coup de couteau dans l’oeil et l’enquête policière s’oriente vers une embuscade tendue par une faction rivale ou un règlement de comptes au sein du PCC.

Le PCC est une des organisations criminelles les plus puissantes du Brésil, avec des ramifications dans plusieurs États pour contrôler la route de la cocaïne en provenance de Colombie, du Pérou et de Bolivie.

« Gegê était le numéro 1 du PCC, en dehors et à l’intérieur des prisons », a expliqué le procureur cité par Uol.

Gegê do Mangue, 41 ans, avait été libéré en février 2017, après dix ans d’incarcération, 18 jours avant d’être jugé pour deux homicides, mais n’a jamais comparu au jugement et était depuis considéré comme fugitif.

En 2006, le PCC avait semé la terreur à Sao Paulo pendant plusieurs jours après que les autorités aient décidé de transférer leurs chefs dans des prisons de haute sécurité. Plus de sept personnes avaient été assassinées, dont de nombreux policiers, des autobus avaient été brûlés et des boutiques pillées.

En début d’année dernière, plus de cent détenus sont morts dans des massacres dans plusieurs prisons du nord du pays attribué à des affrontements entre le PCC et des gangs locaux alliés à l’autre grande organisation criminelle du Brésil, le Comando Vermeilho (Commando rouge).