/news/currentevents
Navigation

De faux billets sur Kijiji pour le spectacle de Pink

Une femme a perdu 520 $ et a confronté le jeune homme qui l’a escroquée

Un jeune homme a vendu de faux billets de spectacle à Céline Simard, qui a réussi à le rencontrer une seconde fois après s’être faite escroquer. Lorsqu’elle l’a confronté, « Yanick » s’est enfui à la course et a retiré son annonce du site Kijiji.
Photo courtoisie Un jeune homme a vendu de faux billets de spectacle à Céline Simard, qui a réussi à le rencontrer une seconde fois après s’être faite escroquer. Lorsqu’elle l’a confronté, « Yanick » s’est enfui à la course et a retiré son annonce du site Kijiji.

Coup d'oeil sur cet article

Une fan de Pink déplore s’être fait flouer pour 520 $ en achetant de faux billets pour le spectacle de la chanteuse à Montréal sur Kijiji.

« Je ne pensais jamais me faire pogner comme ça, mais là, je peux vous dire que je ne rachèterai plus jamais de billets ailleurs que dans une billetterie. J’ai eu ma leçon », gronde Céline Simard.

En naviguant sur le site Kijiji il y a trois semaines, Mme Simard est tombée sur une petite annonce offrant deux billets en carton pour le spectacle de la chanteuse Pink, de passage au Centre Bell le 23 mars prochain.

Un jeune homme a vendu de faux billets de spectacle à Céline Simard, qui a réussi à le rencontrer une seconde fois après s’être faite escroquer. Lorsqu’elle l’a confronté, « Yanick » s’est enfui à la course et a retiré son annonce du site Kijiji.
photo courtoisie

 

L’auteur de l’annonce, un certain « Yanick », y indiquait avoir payé chaque billet 290 $. Il les revendait le même prix, ou 520 $ pour la paire.

Folle de joie, Céline Simard a aussitôt contacté le vendeur, qui a accepté de la rencontrer à Montréal le lendemain.

« Tout s’est déroulé comme prévu. Je lui ai donné l’argent contre les billets, et ils avaient l’air authentiques. Mais en revenant, je ne sais pas pourquoi, j’avais un mauvais feeling », raconte celle qui vit à Saint-Amable, en Montérégie.

En consultant Kijiji quelques heures plus tard, la femme a constaté que l’annonce de Yanick était toujours en ligne. Inquiète, elle a demandé à une amie d’écrire au vendeur pour savoir si les billets étaient encore disponibles. Il a répondu que c’était le cas.

Confrontation

Mme Simard a alors appelé au Centre Bell, où on lui a confirmé que le numéro de commande inscrit sur les billets ne correspondait pas à la section indiquée, et qu’il s’agissait donc d’une supercherie.

La femme a immédiatement porté plainte au Service de police de Montréal (SPVM), qui a ouvert une enquête. Son amie a ensuite donné rendez-vous au vendeur pour que Céline Simard puisse le rencontrer à nouveau et le confronter.

« Sur place, quand je lui ai dit qu’il m’avait vendu les mêmes billets la semaine d’avant, il a tout nié et il s’est sauvé à la course », relate-t-elle.

Depuis, l’annonce a été supprimée et l’homme ne répond plus à son cellulaire. Le Journal a essayé de le joindre à plusieurs reprises, sans succès. Mme Simard n’a jamais pu récupérer son argent.

Précautions

En août dernier, une vingtaine de personnes avaient été victimes d’une fraude semblable lorsque le groupe britannique Coldplay s’était arrêté à Montréal.

Pour éviter de se faire arnaquer, le SPVM rappelle que l’idéal est d’acheter ses billets directement auprès des promoteurs.

« Si on décide de faire affaire avec un revendeur, il est préférable de payer avec PayPal ou par carte de crédit, puisque l’argent comptant ne laisse aucune trace », indique le sergent Laurent Gingras.

« C’est aussi une bonne idée de rencontrer le revendeur à un endroit où l’on peut faire vérifier la validité billets, comme sur le site de l’événement », ajoute-t-il.