/entertainment/lavoix
Navigation

Jordane Labrie a épaté les quatre coachs à La Voix

Jordane a eu droit aux louanges des coachs à La Voix. «T’es comme un prisme», lui a lancé Garou. C’est finalement lui que Jordane a choisi pour poursuivre l’aventure.
Photo Jean-François Desgagnés Jordane a eu droit aux louanges des coachs à La Voix. «T’es comme un prisme», lui a lancé Garou. C’est finalement lui que Jordane a choisi pour poursuivre l’aventure.

Coup d'oeil sur cet article

Jordane Labrie venait de poser ses valises après avoir chanté dans un train de Toronto à Vancouver, l’année dernière, quand elle a reçu la proposition par courriel. « Veux-tu passer les auditions de La Voix demain ? » Depuis que les fauteuils des quatre coachs se sont retournés, au cours de l’émission diffusée dimanche soir, la chanteuse de Québec sait qu’elle a bien fait de dire oui.

Couverte de compliments par le quatuor, Jordane (elle fait carrière avec son prénom) est sortie de l’anonymat en offrant une touchante interprétation de Both Sides Now, de Joni Mitchell.

« La chanson a commencé, j’ai ouvert les bras et ça s’est fait tout seul. J’ai reçu une charge énorme d’énergie du public. Je n’ai jamais vécu une émotion aussi forte que sur cette scène-là, à ce moment-là. »

Tout le monde a évidemment tenté de l’attirer dans son équipe. C’est Garou qui a remporté la mise. « Je l’ai choisi parce qu’il a une belle voix rauque et je veux aller chercher ce grain-là. »

De l’expérience

Sa première impression de son coach ? « La connexion va se faire naturellement. »

À 25 ans, Jordane possède déjà beaucoup d’expérience. Depuis cinq ans, elle est la voix du groupe Tous Azimuts. L’année dernière, cette native des Escoumins a osé l’aventure solo en lançant l’album Folk Expression, une collection de reprises de son genre musical de prédilection.

Bref, ce n’est pas une verte recrue qui s’est présentée sur le plateau de La Voix.

« J’ai pris le temps d’explorer le type de musique que je voulais faire. Une direction artistique, ça ne se trouve pas dans le temps de le dire. Maintenant, je sais ce que je veux proposer, quelque chose de très folk, très authentique. En passant par La Voix, je sais que j’ai un bon canal pour me faire connaître. »

Son objectif est clair : chanter. « Je veux faire ça dans la vie, je n’ai pas de plan B. »

De l’intérêt en Ontario

C’est bien parti. Déjà lundi, c’était la ronde des entrevues. Salut, Bonjour !, Denis Lévesque, quelques radios locales et même des médias ontariens voulaient en savoir plus à son sujet.

Dans le cas de l’Ontario, Jordane récolte les graines qu’elle a semées durant son voyage musical en train. « Quand on est passé à Toronto, il y a eu une réaction dans les radios, dit son conseiller et partenaire musical, Clément Desjardins. Il y a même des agences de gérance de Toronto qui lui ont témoigné de l’intérêt. »