/24m/transports
Navigation

La ligne rose devient l’une des priorités de Québec

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, avait reçu le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, à l’Hôtel de ville, le jeudi 18 janvier 2018.
Photo d'archives Agence QMI, TOMA ICZKOVITS La mairesse de Montréal, Valérie Plante, avait reçu le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, à l’Hôtel de ville, le jeudi 18 janvier 2018.

Coup d'oeil sur cet article

Montréal se réjouit que Québec inclue dans ses priorités régionales la création de la ligne rose du métro.

Dans sa «Stratégie gouvernementale pour assurer l’occupation et la vitalité des territoires 2018-2022», publiée en décembre, le gouvernement provincial reconnaît que l’efficacité de la mobilité est l’une des priorités de la métropole.

Le document de 110 pages indique que la «création d’une nouvelle ligne de métro», sans préciser qu’il s’agit de la ligne rose, pourrait justement améliorer la mobilité à Montréal.

«C’est une excellente nouvelle. Pour nous, ça prouve que nos partenaires prennent autant que nous au sérieux la ligne rose. Ce qui est ressorti de nos discussions avec le fédéral et provincial, c’est qu’ils comprennent que le réseau actuel est saturé», a réagi lundi la mairesse Valérie Plante lors d’un point de presse.

Dans l’introduction du document, le premier ministre Philippe Couillard soutient que ce sont les priorités des régions qui alimenteront ensuite les actions de son gouvernement. «Cela représente un véritable changement de culture: dorénavant, le gouvernement du Québec se place au service des régions», a-t-il écrit.

Ces priorités, dont celle d’améliorer la mobilité à Montréal, devront être répondues d’ici cinq ans. «Si Québec ne répond pas à la priorité, il devra expliquer pourquoi», a précisé Marie-Ève Pelletier, porte-parole du ministre des Affaires municipales, Martin Coiteux.

La ligne bleue attendue

Lors d’une visite à l’hôtel de ville en janvier, Philippe Couillard avait affirmé que la mobilité était une priorité pour lui. Il se disait prêt à accueillir la proposition de la ligne rose de la métropole et avait rappelé son «engagement indéfectible» envers le projet de prolongement de la ligne bleue.

La mairesse Valérie Plante s’est montrée rassurante lorsque l’opposition lui a rappelé lundi que les réserves foncières imposées aux bâtiments sur le tracé de la ligne bleue arrivent bientôt à échéance.

«Le gouvernement du Québec est au fait de ces échéanciers-là. Tout s’aligne pour que nous puissions aller de l’avant», a-t-elle assuré à la séance du conseil municipal. Une annonce du Québec devrait bientôt avoir lieu.