/sports/others
Navigation

Le combattant québécois qui veut développer le Myanmar

Champion du monde, il veut faire une différence dans son pays d’adoption

Dave Leduc
Photo Agence QMI, Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Après être devenu champion du monde de Lethwei et une véritable star en Asie, le Québécois Dave Leduc déménagera au Myanmar, où il souhaite contribuer au développement de l’endroit. «Je suis l’enfant adoptif du pays, je veux faire ma part», affirme-t-il.

Après près de trois ans à vivre en Thaïlande et à développer sa suprématie sur le sport de combat du Lethwei, Dave Leduc souhaite redonner au pays d’origine de son sport.

Même s’ils ont adoré la région thaïlandaise de Phuket, le combattant et sa femme Irina déménageront bientôt au Myanmar, où ils sont considérés comme de véritables vedettes.

Redonner au pays

«Les arts martiaux sont une religion là-bas, donc à cause de mon statut de champion, ils m’ont adopté», raconte celui qu’on surnomme «The Nomad». Il s’installera dans la région d’Yangon, la plus grande ville du pays, où il veut participer au développement économique.

Son premier projet sera d’ouvrir un centre d’entraînement pour continuer de faire progresser son sport et amener du tourisme spécialisé au Myanmar. Le «Nomad Lethwei and MMA» s’adressera aux athlètes des quatre coins du monde qui veulent s’entraîner et découvrir le pays.

«Je vise à compétitionner directement le Tiger Muay Thai Camp, où j’ai été formé, qui est le plus gros centre du genre au monde», explique Dave Leduc, qui n’aurait jamais cru que le combat le mènerait aussi loin.

«J’ai toujours voulu faire les choses différemment. Toujours être un peu le mouton noir dans tout, ça te prédispose à faire les choses différemment et ça t’amène dans des projets incroyables. Il faut accepter de se laisser aller là-dedans», raconte le Québécois au parcours inspirant.

Ultimement, Dave Leduc souhaite contribuer à développer des coins méconnus du Myanmar, comme la région de Ngapali, où l’on trouve des plages parmi les plus belles au monde. «C’est un coin touristique en plein milieu de la jungle. Il y a des hôtels, mais pas encore de commerces vraiment pour des gens qui vivent là au quotidien. C’est ce que je veux permettre de faire. Je veux amener de la croissance», souligne l’athlète de 26 ans.

Dave Leduc (à droite) était de passage à Québec le 10 janvier dernier pour offrir un séminaire d’arts martiaux au Nordik Fight Club. Il prépare actuellement une tournée semblable en Australie et des demandes proviennent également de nombreux pays d’Europe.
Photo Agence QMI, Simon Clark
Dave Leduc (à droite) était de passage à Québec le 10 janvier dernier pour offrir un séminaire d’arts martiaux au Nordik Fight Club. Il prépare actuellement une tournée semblable en Australie et des demandes proviennent également de nombreux pays d’Europe.

La politique?

Le Gatinois d’origine envisage même de se lancer en politique si cela peut lui permettre de faire avancer la cause de son pays d’adoption. Comparant la situation actuelle du Myanmar à celle de la Thaïlande d’il y a 40 ans, il estime que tout est à faire dans ce pays d’Asie du Sud-Est.

«Si je dois porter le chapeau de maire de la ville pour mousser les entreprises locales et développer, je vais le faire. Les retombées de ce projet-là vont au-delà de Dave Leduc le champion d’arts martiaux. Ce pays s’ouvre au monde et on va le vivre de l’intérieur. On va créer à partir d’une page blanche», se réjouit le combattant entrepreneur.

Près de la retraite à 26 ans

À peine âgé de 26 ans, Dave Leduc envisage déjà de prendre sa retraite sportive. Après trois défenses de son titre mondial, il sent l’appel de la famille et de l’entrepreneuriat prendre le dessus sur le désir de combattre.

Champion du monde de lethwei, un sport de combat à mains nues où sont acceptés les coups de tête, Dave Leduc entend faire progresser son sport autrement dans un avenir rapproché. «J’ai trois titres. Ça en prend combien pour être heureux? Beaucoup de gars peuvent se battre, mais qui peut faire fleurir le sport?» se questionne l’athlète québécois, estimant qu’il peut apporter encore plus à l’extérieur du ring.

Tournée de séminaires

Terminant tout juste une tournée canadienne dans le cadre de la première édition de The Dave Leduc Experience, une série de séminaires d’arts martiaux, le combattant a réalisé l’intérêt grandissant pour son sport.

Lors de son passage au Nordik Fight Club – Tristar de Québec le 10 janvier dernier, une vingtaine de combattants de tous les niveaux se sont déplacés pour apprendre les techniques du champion. L’engouement était le même dans les huit autres villes visitées, que ce soit Gatineau, Saint John, Halifax ou Peterborough.

«La réponse était vraiment bonne et le téléphone sonne déjà pour des tournées en Hongrie, en Slovaquie et en Islande. Il n’y a rien d’écrit sur notre sport, donc on fait l’histoire actuellement. C’est très inspirant», confie «The Nomad», qui s’envolera bientôt pour une tournée en Australie.

Pureté du sport

Irrité de voir son sport toujours interdit à certains endroits sur le globe en raison de son caractère violent, Dave Leduc espère faire changer les mentalités. Il souhaite redonner à son sport la place qu’il mérite dans le spectre des arts martiaux.

«Le lethwei, c’est les racines pures du sport. Le muay thaï l’a dénaturé. Sans gants, en utilisant tous les membres et surtout sans juges, le lethwei est le seul sport au monde qui soit aussi pur et je veux le ramener comme il se doit», affirme le combattant qui est devenu le porte-étendard de sa discipline.