/news/consumer
Navigation

La congestion du Quinze40 n’effraie pas Royalmount

Coup d'oeil sur cet article

Malgré les nombreuses inquiétudes quant à la congestion routière que va causer le projet Royalmount, ses promoteurs n’ont pas l’intention de modifier le design du mégacentre commercial de 1,8 milliard de dollars qui doit voir le jour à l’angle des autoroutes 15 et 40.

Ces deux autoroutes sont les plus congestionnées du Québec. Et Andrew Lutfy, le président de Carbonleo, s’attend à ce que le nouveau complexe attire 30 000 automobilistes de plus à partir de son inauguration, en 2022.

L’endroit accueillera 200 magasins, dont plusieurs petites boutiques, de même que cinq hôtels, grâce à quelque 3,6 millions de pieds carrés d’espace commercial.

On y comptera aussi de nombreux espaces à bureaux, des espaces de divertissement et des restaurants, mais pas d’édifices résidentiels, ce qui signifie que ses usagers devront emprunter soit leur voiture, soit le transport en commun.

Circulation automobile dense

« Il y a du trafic, il y en aura toujours » dans ce secteur, admet le président de Carbonleo, qui gère aussi le Quartier DIX30.

« Nous avons embauché une firme professionnelle. Leur recommandation est que la congestion ne sera pas un problème pour Royalmount.

« Nous allons certainement ajouter des véhicules, mais nous allons aussi apporter des solutions avec le ministère des Transports du Québec, qui feront en sorte que l’impact final sera neutre », a affirmé le président et chef de la direction de Carbonleo, qui est également PDG du Groupe Dynamite.

Carbonleo fera construire, à ses frais, un lien piétonnier, enjambant l’autoroute Décarie, entre la station de métro De la Savane et son projet.

Une voie devrait aussi être ajoutée au chemin Côte-de-Liesse, une nouvelle fois aux frais de Carbonleo.

L’entreprise présentait lundi de nouvelles esquisses de son projet immobilier. Celui-ci a déjà reçu le feu vert de Mont-Royal, où est située la majorité du terrain, mais doit aussi obtenir celui de Montréal. Or, le parti de Valérie Plante, aujourd’hui au pouvoir, a toujours été contre ce complexe commercial.

Les opposants de Royalmount soutiennent notamment que celui-ci va accroître la congestion routière et dévitaliser le centre-ville de Montréal.

Eric Alan Caldwell, responsable de l’urbanisme et des transports au comité exécutif de Montréal, rappelle que la circulation « pose un réel problème » aux yeux de la ville centre.

« On avait des préoccupations sérieuses à propos de l’impact sur la circulation et la vitalité commerciale de la métropole. On reste avec ces préoccupations. On a rencontré le promoteur pour lui partager nos préoccupations et là, on est en dialogue », a-t-il dit.

– Avec la collaboration de Sarah Daoust-Braun, Agence QMI.