/24m/transports
Navigation

Travaux de construction du REM: des perturbations à prévoir pour les trains de banlieue

AMT train Banlieue
Photo Archives / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Des experts et des usagers du train de banlieue s’inquiètent des travaux de construction à venir du Réseau express métropolitain (REM) sur la ligne de trains de banlieue de Deux-Montagnes, qui risquent de perturber les habitudes de déplacements de milliers de personnes.

«S’il y avait une fermeture prolongée [de la ligne de Deux-Montagnes], ce serait catastrophique pour les usagers», a appréhendé le président de l’organisme Trajectoire Québec, François Pépin.

À terme, la construction du REM entrainera le retrait des voitures de train électriques actuelles de la ligne de Deux-Montagnes afin qu’un nouveau système léger sur rail puisse y circuler en 2021.

À deux mois du début des travaux, la Caisse de dépôt et placement du Québec n’a toujours pas déterminé à quel moment les déplacements des usagers du train de banlieue de la ligne de Deux-Montagnes seront perturbés, mais promet que des mesures seront prises afin de «maintenir une offre en transport collectif».

«Les usagers seront avisés longtemps en avance des différentes interventions requises», a assuré par courriel Jean-Vincent Lacroix, directeur des relations avec les médias de la filiale CDPQ Infra.

Selon Florence Junca-Adenot, professeure au département d’études urbaines et touristiques de l’Université du Québec à Montréal, le service pourrait être «fortement perturbé» pendant deux ans sur cette ligne.

«Ça va être la cacophonie. Pour construire le nouveau système [léger sur rail], il faut arrêter la ligne de Deux-Montagnes, c’est certain [...] Je suis un peu inquiète», a-t-elle déclaré.

Retour à l’automobile

AMT train Banlieue
Zacharie Goudreault/ 24 Heures

 

Des bénévoles de la coalition Trainsparence ont distribué lundi, dans différentes gares de train de banlieue de la ligne de Deux-Montagnes, quelques milliers de dépliants afin de dénoncer l’arrivée prochaine du REM.

«J’ai rencontré beaucoup de gens qui ne sont pas heureux de l’arrivée du REM et qui s’inquiètent de ses impacts environnementaux et économiques [...] Ils sont conscients du problème», a soutenu la bénévole Laurel Thomson, rencontrée en fin d’après-midi à la Gare Centrale.

AMT train Banlieue
Zacharie Goudreault/ 24 Heures

Alors que la mise en place un service d’autobus pendant l’aménagement du REM sur la ligne de Deux-Montagnes est une des options envisagées, certains usagers ont fait part de leur consternation au «24 Heures» et affirmé qu’ils pourraient se tourner vers l’automobile s’ils ne peuvent plus prendre le train pour se rendre au travail.

«Les autobus vont être pris dans le trafic. Si les usagers retournent à la voiture, ils ne reviendront pas nécessairement au transport en commun [après les travaux]», a prédit le chargé de cours à l’École de technologie supérieure et président de l’organisme Option transport durable, Luc Gagnon.