/news/politics
Navigation

Élections provinciales 2018: le DGEQ accepte les candidats voilés au visage découvert

Élections provinciales 2018: le DGEQ accepte les candidats voilés au visage découvert
Photo d’archives, Didier Debusschère

Coup d'oeil sur cet article

Les personnes qui portent le voile ou le turban sikh pourront être candidates aux prochaines élections, ont confirmé Pierre Reid, le directeur général des élections du Québec (DGEQ).

Un règlement du DGEQ jugé discriminatoire par certains partis politiques comme Québec solidaire vient d’être modifié. Ce règlement qui date de 1989 empêchait les personnes voilées de déposer une candidature, car le DGEQ n’avait pas «une vue de face complète du candidat à partir des épaules» et qu’elles n’avaient pas la «tête découverte» comme le stipulait le règlement.

«On l’a supprimé, tout simplement», a affirmé Pierre Reid, présent en commission parlementaire à l’Assemblée nationale, soutenant que cette modification ne causait aucun problème quant à l’identification du candidat auprès du directeur de scrutin qu’auprès des électeurs sur le bulletin de vote.

«Il y a des candidates ou des candidats qui pourraient porter le hijab. À parti du moment où le visage est découvert et est identifiable il n’y a pas de problème», a-t-il relaté, signalant que le niqab et tout voile intégral étaient toujours exclus.

Lors du dernier scrutin en 2014, le Parti vert s’était vu refuser une candidature par le DGEQ, car elle portait un hijab. Cette année, cette candidate «pourrait être acceptée», a confirmé M. Reid, précisant tout de même qu’il y aura une directive qui établira «clairement» les photos qui sont acceptables.

Cette modification a été approuvée par tous les partis. Le premier ministre Philippe Couillard a rappelé que, de toute manière, c’est le citoyen dans l’urne qui a le dernier mot. Il a souligné l’importance que «nos lois et nos chartes doivent être respectées».

Pas au PQ

Bien que Jean-François Lisée affirme que «la chose la plus importante est qu’on puisse voir le visage» et qu’il est «d’accord» avec ce règlement, il est «peu probable» que le PQ présente un candidat qui porte le voile. «Ça serait douteux, car nous avons pour politique une réserve en ce qui a trait aux signes religieux», a mentionné le chef du PQ.

De son côté, à Québec solidaire toutes les personnes qui prônent leurs valeurs pourront présenter une candidature. Alors oui, il pourrait y avoir des gens qui portent des signes religieux. «L’important ce sont les gens qui partagent la vision de Québec solidaire (...) Si les gens partagent ça, oui ils ont les bienvenus», a mentionné Manon Massé.